Guide du Noob #1 – Bien recycler, c’est le début du bonheur

Le Guide du Noob #5 – Les bases de l’alimentation bio : En pratique

(Toute ressemblance avec un slogan marketing est purement fortuite)

Je vous propose une série dédiée aux premières pistes à explorer pour celles et ceux qui voudraient se lancer pour plus d’écologie dans leur vie, mais qui ne savent pas trop par quoi commencer, ce qu’il faut faire, comment, pourquoi, etc. Le basique du basique, le B.A-BA, le niveau zéro virgule cinq sur l’échelle de l’écologie.

noobHého, faut bien commencer quelque part. 

Parce qu’il faut admettre que, quand on débarque dans cet univers, on se prend une masse d’information sur la tronche et c’est très difficile de faire le tri (#jeudemot #recyclage).
On a alors plusieurs réactions possibles, dont les deux extrêmes sont :

  • C’est trop compliqué tout ça, alors je fais rien
  • C’est trop chouette tout ça, alors je fais tout

Sauf que ces extrêmes -comme tous les extrêmes sauf les cornets glacés- ne sont pas franchement souhaitables.

Alors voilà quelques petites pistes toutes simples, pour commencer tranquillou bilou, les doigts de pieds en éventail et autres expressions indiquant la relaxatitude, sans pression et sans s’affoler ! Parce que l’essentiel, c’est de commencer, de faire des petits gestes qui comptent.
J’ai décidé d’intituler cette série le Guide du Noob*, soit « Le guide du bleu ».
Et le premier numéro est dédié au tri et au recyclage, et à comment bien trier ses déchets !

*Noob est un terme issu du milieu informatique et du gaming qui désigne un débutant, un néophyte, un bleu. Désolée pour l’anglicisme, c’est mon côté geek !

Soyez prévenus, ça va être long, ce n’est pas exhaustif mais j’ai tenu à vous donner un maximum d’infos au même endroit !

SOMMAIRE

Temps de lecture : 11 minutes (j’avais prévenu !)



  • 1- Pourquoi le recyclage n’est pas la solution miracle

« Ah bah elle est bien elle », vous entends-je penser, « elle dit qu’on va voir comment bien trier ses déchets, et en fait elle nous balance que le recyclage c’est naze ».

angerFranchement je comprends la réaction.

Mais non, mais non, calmez-vous, posez cette fourche et cette torche. Le recyclage n’est pas nul, il est très important.

Seulement, on ne peut pas, sur le très long terme, l’envisager comme l’unique solution au problème de déchets sur la planète.

Déjà, il y a une grande différence entre ce qui est recyclable … et ce qui est (effectivement) recyclé.
En France, l’orientation vers une filière de valorisation de nos déchets ménagers atteint péniblement un taux de 26%, et 16% vers une filière organique … Le reste est brûlé ou stocké dans les décharges.
Ajoutons à cela un taux de refus de tri (déchets mal triés donc non recyclés une fois arrivés au centre de tri) de 35% … On n’en mène pas bien large, je vous laisse faire le calcul de ce qui est effectivement recyclé. (Source ADEME)

De plus, un grand nombre de matériaux ne sont PAS recyclables. J’y reviens plus bas, mais l’exemple du plastique est probant : seuls deux types de plastiques sont recyclables dans nos poubelles ménagères … Les sacs plastiques, films plastiques, etc : pas de recyclage, game over, poubelle (ou estomac de baleine, pour le côté plus dramatique qu’il ne faut jamais oublier).

sad_trueTout comme il dit le monsieur.

Ensuite, le recyclage, malgré ses vertus, continue d’entretenir le cycle du jetable. C’est-à-dire que même si on recyclait 100% de nos déchets, on continuerait à consommer des ressources pour fabriquer des emballages et objets à vocation jetable, et à consommer des ressources pour les traiter et les recycler. Énergie, eau, transport … Tout cela se traduit en termes de ressources.
La logique de l’usage unique consiste à consommer des ressources (souvent pas vraiment renouvelables) pour fabriquer quelque chose qui aura une espérance de vie inférieure à celle d’une aiguille dans une botte de foin (je me suis trompée d’expression) d’un cookie au chocolat un matin de fringale.

rabbitUn peu comme ça.

Cette logique du jetable a donc un impact important en termes de ressources, mais aussi en termes de finances. Votre emballage, qu’il soit recyclable ou non, vous le payez deux fois : une fois dans le prix d’achat de votre produit, et une fois dans le cadre de la taxe (ou redevance) d’enlèvement des ordures ménagères. La double peine, le double effet kiss cool, et autres joyeusetés.
Les collectivités (votre commune, l’intercommunalité, etc) dépense de l’argent public, et donc VOUS dépensez de l’argent pour financer le traitement des déchets, recyclables ou non.

argentL’argent mis dans le traitement des déchets, vue d’artiste.

Raison de plus pour s’en passer, non ? Perso ça me fait moyen kiffer de payer un truc deux fois, surtout un truc aussi naze que des déchets. 

Bref, le recyclage est une bonne solution transitoire, et une solution toujours utile à la marge pour certains produits qu’on ne peut pas se procurer autrement que sous emballage (ex : les bouteilles en verre), mais il n’est pas une fin en soi, il est seulement un moyen !

L’idée reste toujours de réduire ses déchets, en suivant la logique des 5 R chère à Bea Johnson : « refuse, reduce, reuse, recycle, rot » (refuser, réduire, réutiliser, recycler, composter).
On y reviendra en détails dans un autre chapitre du guide, mais pour résumer très grossièrement : refuser ce dont on n’a pas besoin, réduire ce qu’on ne peut pas refuser, réutiliser ce qu’on ne peut ni refuser, ni réduire, recycler ce qu’on ne peut ni refuser, ni réduire, ni réutiliser, et composter le reste.
Si on réduit ses achats, on réduit ses emballages (un achat = un déchet en puissance). Si on donne la priorité à la réparation ou à la réutilisation, on réduit ses déchets.
Ensuite seulement, on envisage le recyclage pour ce qu’on n’a pas pu acheter en vrac, qu’on n’a pas pu réparer ou donner ou réutiliser. Le reste, c’est du déchet organique, alors on le composte.

C’est évidemment schématique et difficile à atteindre. Mais comme tous les idéaux, c’est avant tout une sorte de ligne directrice et non un précepte à atteindre à tout prix !

Retour au sommaire


  • 2- Pourquoi est-ce important de bien trier ses déchets ?

Avant toutes choses, souvenez-vous que les consignes de tri varient en fonction des communes ! En effet, toutes ne sont pas rattachées au même centre de recyclage, donc il est fort possible qu’un type de matériau soit recyclable chez vous et ne le soit pas dans la bourgade voisine. De quoi alimenter de nouvelles querelles de clocher.

batailleQuand on découvre qu’on peut reycler les livres dans la commune d’à côté. 

Donc avant toutes choses, je vous invite à vous renseigner auprès de votre mairie : elle pourra contacter le service d’enlèvement des déchets, ou alors elle aura déjà les infos à disposition. Vous aurez ainsi le détail de ce qui se recycle ou non (et comment) dans votre commune.

Mieux vaut le faire une fois pour toutes, quitte à ensuite afficher ce qui est recyclable sur votre poubelle, plutôt que de se poser la question chaque jour et au final ne rien trier ou mal trier. Allez chiche, demain vous demandez !

challenge

BREF, pourquoi est-ce important de bien trier ses déchets ?

1) Pour améliorer le recyclage
Si on trie bien ses déchets, on augmente logiquement la part de déchets qui accèdera à la filière de recyclage au lieu de finir en déchetterie (ou dans nos forêts et lacs). C’est tout bête mais c’est vrai !
Si vous vous renseignez suffisamment, le flacon que vous jetiez jusque là dans la poubelle ménagère, vous le mettrez alors au tri, et il pourra être recyclé.

2) Pour accélérer le recyclage
Si on trie bien, les employés du centre de tri pourront faire passer plus vite les déchets au stade du recyclage effectif, plutôt que de re-trier derrière nous pour enlever ce qui, en fait, n’est pas recyclable. On réduit ainsi le refus de tri !

3) Pour éviter de corrompre d’autres déchets
Il existe un risque de « corrompre » tout un lot de déchets recyclables en y incluant un produit qui ne le serait pas. Par exemple si vous vous amusez à jeter votre pot de peinture murale à moitié plein dans le bac jaune. La peinture se renverse sur les autres déchets, qui deviennent impossibles à recycler … BRAVO !

applause

Retour au sommaire


  • 3- Les symboles sur les emballages

On fait un petit point rapide sur les différents symboles que vous pouvez trouver sur les emballages. Parce que c’est un peu le bazar tout ça.

1) Le Triman

triman

Il indique que l’emballage doit être trié, ou rapporté en point de collecte. Son application sur les emballages est progressive : son absence ne veut pas dire que le produit n’est pas recyclable !

2) L’anneau de Möbius

mobius
(On dirait un nom de science-fiction, c’est trop classe)
C’est le symbole classique du recyclage : ce produit ou emballage est potentiellement recyclable, SI (et seulement si) la filière de recyclage existe dans votre localité ET si le déchet est bien trié ! Par exemple, on peut le trouver sur des films plastiques … qui pourtant ne se recyclent pas techniquement ! Encore cette différence entre recyclable et recyclé …
On trouve aussi des anneaux avec un pourcentage au milieu : c’est la part de matières recyclées composant déjà le produit.

mobiuspartiel

3) Le point vert

pointvert
Attention les gars, ce symbole ne VEUT PAS dire que le déchet est recyclable.
Il indique seulement que le fabricant a cotisé à Éco-Emballages (pour le traitement des déchets).
En somme, ce logo qu’on voit sur la grande majorité des produits indique seulement que l’entreprise a été bien mignonne et a payé pour mettre sur son emballage un logo qui fait genre elle est green. Alors que pas forcément du tout.
Un emballage en pétrole fossilisé pourrait très bien arborer ce logo, du moment que le fabricant a payé. Donc ce sont souvent les produits suremballés qui arborent ce logo. Il n’est pas une garantie de quoi que ce soit, à part qu’une transaction financière a eu lieu.
Ce sont en plus les grandes entreprises de l’agroalimentaire, spécialisées dans le suremballage, qui sont actionnaires d’Eco-Emballages -on doute donc de leur véritable volonté à réduire leurs emballages dont elles ont fait un outil marketing …

treasonOuais je sais moi aussi je me sens trahie.

4) La poubelle barrée
Ce logo indique que le déchet ne doit surtout pas être placé dans la poubelle ménagère sous peine de lourdes pollutions. Il figure sur les produits électroniques, les piles, les composant électriques, etc … qui doivent être collectés séparément (on en parle plus bas !)

poubellebarree

5) Les logos plastiques
Le plastique c’est une grande et belle famille.
plastiques

Ces logos, que vous verrez sur la plupart des produits plastiques (même les boîtes du japonais ou de l’indien) vous renseignent sur la famille de plastique utilisée pour fabriquer l’objet ou l’emballage. Tous ne sont pas recyclables, parmi les recyclables tous ne sont pas recyclés, et certains ne se recyclent qu’une seule fois. Le plastique c’est fantastique qu’ils disaient …

fantastiqueMENSONGE !!!

1 = PET (ou PETE) = PolyEthylène Téréphtalate. Souvent utilisé pour les bouteilles de boissons gazeuses, d’huile … Plastique transparent, résistant aux chocs.
2 = HDPE (ou PEHD) = PolyEthylène Haute Densité. Pour les bouteilles de jus de fruit, de détergents. Opaque ou translucide, il est rigide.
3 = V (ou PVC) = PolyChlorure de Vinyle. Bidons, boîtes alimentaires …
4 = LDPE (ou PELD ou PEDB) = PolyEthylène Basse Densité. Sacs poubelle, sacs plastiques …
5 = PP = PolyPropylène. Vaisselle en plastique, récipients réutilisables, boîtes alimentaires, pots de yaourt …
6 = PS (ou PSE) = PolyStyrène Expansé. Barquettes, etc.
7 = Autres

En théorie, tous les plastiques sont censés être recyclables … En pratique, on est loin du compte car souvent seuls les plastiques de type 1 et 2 sont recyclés (faute de moyens pour recycler le reste à grande échelle, ou faute de solution technique.).

6) Les logo alu et acier

alu

acier

Ils servent juste à identifier le matériau du produit. À nous ensuite de le trier correctement.

Retour au sommaire


  • 4- Le verre

Le truc bien avec le verre, c’est qu’il est recyclable à l’infini. On peut faire fondre le verre mille fois, on pourra toujours fabriquer quelque chose derrière : le matériau ne se détériore pas lors du recyclage (contrairement aux plastiques).

verrePOUCES EN L’AIR POUR LE VERRE (et ça rime en plus, #poésie)

Pour trier le verre, selon votre lieu d’habitation, vous aurez soit un bac à verre chez vous, soit un container quelque part dans votre commune où vous devrez amener vos déchets de verre.

– Qu’est-ce qu’on recycle ?
Les bouteilles, flacons, pots, bocaux …
Pas la peine de les rincer ou d’enlever les étiquettes, mettez ça tel quel dans le bac (tant que le récipient est vide).

– Et les bouchons ?
Ça dépend de votre commune ! À Paris on peut laisser les bouchons. Demandez donc à votre mairie avant de faire de même.

– Qu’est-ce qui n’est PAS recyclable avec le verre ?
– La vaisselle
– Les verres à boire (la composition chimique n’est pas la même que le verre d’emballage)
– Les ampoules
– Le verre trempé, le pyrex (température de fusion différente)
– Les miroirs

Attention donc si vous voulez, dans votre élan zéro déchet, acheter des contenants en verre : le pyrex c’est pas recyclable !

decuQuand tu réalises que ta boîte en verre adorée est en fait un déchet non recyclable en puissance.


  • 5- Le papier/carton

En fonction des communes, vous pourrez soit le mettre dans la poubelle de recyclage, soit les déposer dans un container spécifique, voire dans un bac dédié chez vous. Consulteeez votre mairiiiie (j’ai pas fini de le répéter ^^).

– Qu’est-ce qu’on recycle ?
En général, les papiers, cartons propres, les magazines (sans le film plastique, pitié !), les journaux, les tubes de papier toilette ou d’essuie-tout vides … Inutile d’enlever les agrafes, spirales, etc.
Attention, ces déchets doivent être propres, non souillés. Votre carton de pizza plein de sauce tomate, il ira dans la poubelle ménagère.

pizzaJ’aime le recyclage, j’aime la pizza. Peut-on en déduire que le recyclage aime la pizza ? Vous avez 2 heures. 

Sinon vous faites comme nous, on découpe le carton de pizza pour mettre la partie propre au recyclage et l’autre à la poubelle. Mais on aime se compliquer la vie.

– Et les livres ?
Je vais vous surprendre (non) : ça dépend de votre commune. À Paris on peut mettre dans la poubelle jaune (recyclage) des livres à couverture papier ou carton, mais ce n’est pas le cas partout. Alors renseignez-vous 🙂 (ou mieux, donnez vos livres à des assos !)

bookSAI BON Gaston inspecte les livres pour vérifier que c’est bien du papier. On est sauvés. 

– Qu’est-ce qui n’est PAS recyclable avec les papiers/cartons ?
– Les mouchoirs en papier, les serviettes en papier, l’essuie-tout
– Le papier sulfurisé
– Les assiettes en carton (sauf sur indication et si propres)

… ne sont PAS recyclables, le procédé de fabrication est différent, et pour les premiers le matériau est trop fin pour être recyclé.
Si vous avez un compost (d’extérieur), les mouchoirs, essuie-tout, etc … se compostent bien !

Retour au sommaire


  • 6- L’aluminium et l’acier

– Qu’est-ce qu’on recycle ?
Les boîtes de conserve, les cannettes, les aérosols non toxiques (genre mousse à raser) et vides, les capsules de bière (oui !), les couvercles de pots genre confiture …
Inutile de rincer ou d’enlever les étiquettes !

– Qu’est-ce qui n’est PAS recyclable avec l’alu et l’acier ?
Le papier aluminium n’est PAS recyclable mes amis. Raison de plus pour s’en passer !

Retour au sommaire


  • 7- Les plastiques

Le nerf de la guerre … Comme on l’a vu, seuls quelques rares types de plastique sont recyclés en France à l’heure actuelle. Certains ne se recyclent même qu’une seule fois … Je ne vous rabâcherai pas les arguments contre l’utilisation du plastique jetable, vous commencez à avoir l’habitude, mais sachez qu’il existe des alternatives pour à peu près tous les objets en plastique de notre maison !

plasticSeriously on fait quelque chose ?

La filière de recyclage pour le grand public ne recycle que le PET (catégorie 1) et le PEHD (catégorie 2). Les autres c’est poubelle (ou, encore une fois, estomac de cétacé ou de tortue géante).

– Qu’est-ce qu’on recycle ?
Bah … les plastiques 1 et 2 ! Les bouteilles (eau, jus, lait, sodas, huile …) et flacons en plastique (shampooing, gel douche …), opaques ou transparents. Pas grand chose, au final. Pensez à regarder le numéro du plastique (souvent thermoformé sur le matériau).

– Qu’est-ce qui n’est PAS recyclable avec les plastiques 1 et 2 ?
– Les sacs plastiques, sacs poubelles
– Les films plastique d’emballage … que beaucoup de gens mettent au recyclage alors que ça ne recycle pas
– Le film étirable
– Les pots de yaourts ou de crème
– Les tubes de dentifrice …

Tous ces emballages ne sont pas recyclables, notamment parce qu’ils sont trop fins. Le polystyrène ne se recycle pas non plus.
Les barquettes genre barquette de jambon ne se recyclent pas non plus (sauf exceptions).
NB : évidemment (et encore une fois) des exceptions locales sont possibles ! D’où l’intérêt de se renseigner 🙂

Attention également aux nouvelles bouteilles de lait en PET opaque, qui n’est PAS recyclable ! Ce matériau a été choisi par certains fabricants car il est encore moins cher que le PEHD. Mais il pose de gros problèmes lors du recyclage …

notcoolSi même ERIC CARTMAN, le pro du taclage, trouve ça naze, c’est que ça doit être très très naze. 

– Et le bioplastique ?
Le terme me fait un peu tousser, mais c’est pas grave !
Vous pensez sûrement aux nouveaux sacs de supermarchés censés être sourcés avec des matières biodégradables.
Déjà, songez que la loi n’impose un biosourçage que de 60% en 2025. Donc on continue de mettre du plastique dans le compost, super top.
Il faut aussi faire attention aux termes : certains fabricants utilisent faussement le terme « biodégradable » alors que leur plastique est oxo-dégradable, ce qui veut dire que le plastique va se dégrader non pas en matière organique, mais en millions de petits fragments de plastique, qui vont ensuite se mélanger à la terre, se coller aux racines, etc. Sympa hein ?
Et sinon, le bioplastique et les sacs biodégradables, ça veut aussi dire qu’on n’a rien trouvé de mieux que d’utiliser des terres agricoles pour faire pousser exprès du maïs dont l’amidon va servir à fabriquer … des sacs jetables. Malin, dans une période où les terres arables sont de plus en plus rares. Toujours cette logique du jetable … Tant qu’à faire, autant utiliser un sac en tissu, ça dure plus longtemps.

Retour au sommaire


  • 8- Les autres déchets

Une fois que vous avez correctement trié vos papiers, cartons, plastiques, verre et aluminium, il vous reste peut-être des déchets sur les bras.
Il existe des manières propres de s’en débarrasser. On est responsable de nos achats, et donc de la manière dont on s’en débarrasse : on est responsable de nos déchets !

Déjà, si l’objet est toujours en état d’usage : donnez-le ! Plutôt que de le jeter, faites un don à une asso, une recyclerie, une ressourcerie, des amis, de la famille …

Si l’objet est cassé, essayez de le réparer ! Les repair cafés fleurissent en France (il y en a un à la REcyclerie de Paris, dans le 18e), ça vaut le coup de se renseigner.

repairHermione Granger, pionnière de la réparation. 

Pour les autres déchets, il y a toujours une solution.

1) Les ampoules, piles, cartouches d’imprimantes …
Vous trouverez des bacs de collecte dans pas mal de magasins (supermarchés, magasins de bricolage …), dans certaines entreprises aussi.

2) Petit électroménager (sèche-cheveux, grille-pain …)
Selon la commune, vous pourrez le mettre dans le bac jaune (c’est le cas à Paris). Sinon, certains magasins (bricolage par exemple) sont dotés de bacs de collecte.
Renseignez-vous auprès de votre mairie !

3) Câbles, composants informatiques
Là aussi, certains magasins en font la collecte. Sinon, les déchetterie les prennent.

4) Peintures, huiles de moteur, produits phytosanitaires, solvants (white spirit) …
En déchetterie !

5) Vêtements et textiles, maroquinerie
Si c’est encore en bon état, donnez-les (Emmaüs ou votre voisine de palier qui garde votre chat en votre absence).
Sinon, même en mauvais état (du moment que c’est propre et SEC surtout, pour éviter la moisissure), vous pouvez les déposer aux points de collecte de la Fibre du Tri, qui s’occupe du recyclage des fibres textiles. À Paris (ailleurs je ne sais pas) on peut déposer directement dans les containers du Relais, le tri se fait ensuite entre ce qui sera récupéré par les assos et ce qui partira au recyclage.

6) Téléphones portables
Certaines assos les récupèrent pour les désosser, ça vaut le coup de se renseigner ! Sinon, déchetterie.

7) Capsules de café
En-dehors du fait qu’il existe des alternatives aux capsules du grand Clooney (capsules réutilisables, autre cafetière …), notez que Pesprenno (waaah l’échange de consonnes) collecte les capsules usagées. Pensez à les rapporter, a minima …

8) Médicaments et radios
Chez le pharmacien ! Une légende urbaine veut que les médicaments qu’on rapporte chez le pharmacien soient envoyés dans les pays en développement. En vrai, la filière Cyclamed permet seulement de se débarrasser des médicaments plus proprement, sans risquer de polluer les nappes phréatiques avec vos restes de Toplexil ou d’Exomuc.

Attention, on ne rapporte que la plaquette de comprimés : l’étui en carton et la notice vont avec les déchets recyclables !

9) Les stylos, feutres …
Des organismes comme Terracycle en organisent la collecte.

Retour au sommaire


  • 9- Valoriser les déchets organiques

Et les épluchures de patate dans tout ça ?

potatoeOuais elle fait peur, la patate manga.

Si vous avez la chance d’avoir un bout de jardin, lancez-vous dans un compost !
En appartement, c’est possible aussi via un lombricompost (promis, ça ne pue pas, on en parle ici).

Vous pourrez y mettre vos épluchures de légumes, vos sachets de thé, des coquilles d’oeuf, etc … Pour un compost en pleine terre, rajoutez à la liste les déchets verts, le bois (même fin, genre la boîte de camembert), les restes de repas …

Retour au sommaire


  • 10- En résumé

Ouais c’était long, ça se comprendrait qu’un petit résumé soit le bienvenu.

Donc pour faire simple :

1) Renseignez-vous auprès de votre mairie, une bonne fois pour toutes, pour savoir exactement ce que vous pouvez mettre ou non dans votre poubelle de recyclage. Ça ne vous prendra pas longtemps et vous serez fixé !

2) Vérifiez que votre plastique est bien recyclable. Pitié, arrêtez de mettre des sacs ou films plastiques dans la poubelle de recyclage (je parle pour mes voisiiiins).

3) Privilégiez le verre, si vous avez le choix entre deux emballages. Lui, au moins, est durable ET recyclable à l’infini.

4) Si vous avez des déchets non recyclables, prenez le temps d’en disposer proprement … Les nappes phréatiques ne seront pas ravies de recevoir vos restes de peinture ou de white spirit. On est responsable de nos achats, et donc des déchets que l’on produit.

5) D’une manière générale, plus on s’intéresse à la question, plus on réalise qu’il est beaucoup plus simple d’éviter les déchets tout court : au moins, on se pose moins de questions face à sa poubelle !

think« Poubelle jaune ou poubelle bleue ? Si seulement j’avais acheté ces pâtes en vrac ! ». Bob l’éponge, apprenti zéro déchet.


J’espère que cette première partie du Noob Guide vous aura plu !
Je vous mets quelques liens pour compléter ou grâce auxquels j’ai pu écrire cet article.

Yakatrier – Un super site où il suffit de cliquer sur ce que vous voulez jeter pour savoir où le jeter !

Même chose sur le site de l’ADEME : saisissez le nom de l’objet à jeter, et l’ADEME vous dit où le jeter, et même comment l’éviter !

Comprendre les symboles du recyclage et du tri, sur le site de l’ADEME

Réduire ses déchets, sur le site de l’ADEME

Déchets, chiffres-clés 2016Déchets, chiffres-clés 2016, sur le site de l’ADEME

Bioblague, au sujet des « bioplastiques », sur le blog de la famille Zéro Déchet

Vous en êtes où niveau recyclage ? Est-ce que vous savez ce qui se recycle ou non dans votre commune ? Est-ce que vous vous sentez parfois perdu face à votre poubelle (en mode introspection) ?