Challenge de la semaine – Le nez dans la poubelle

Ce blog mentionne en sous-titre « zéro déchet ». C’est peut-être même ce qui vous amène ici.
Mais du coup, faut que je vous avoue un truc.

Je suis pas zéro déchet.

omgOMONDIEU. Ça va remettez-vous.

J’essaie, hein, j’ai mis plein de choses en place pour réduire le volume de Mirabelle la Poubelle (oui je viens de lui donner un nom). Mais il y a encore beaucoup de boulot …

Et ça tombe bien, du 18 au 26 novembre c’est la Semaine européenne de la réduction des déchets(SERD pour les intimes)! Joie, allégresse et poneys enchantés !

C’est ce qu’on appelle un bon prétexte pour creuser un peu plus ce qui cloche dans ma poubelle (et pourquoi on continue à en descendre autant dans le local poubelle de l’immeuble).

Je me lance donc un auto-challenge (encore un, oui) !



Ce nouveau challenge consistera, du 18 au 26 novembre :

  • à traquer le moindre petit déchet : pendant 9 jours, je me mets en mode chasse, pour supprimer tout ce que je peux supprimer immédiatement. Le fin limier du déchet, SAI MOUA.

limierVue d’artiste.

  • à analyser très précisément ce que je mets à la poubelle, où que je sois (maison, travail, voyage …). Comprendre pourquoi j’ai généré ce déchet, et voir ce que j’aurais pu faire pour ne pas le produire. Analyse et réflexion, quoi.

thinkParfois j’aimerais bien avoir une barbe juste pour avoir l’air beaucoup plus crédible quand je réfléchis.

  • à recenser, compter, et peser ce que je mets effectivement dans la poubelle, pour voir en fin de challenge où on en est. En mode rapport d’activité.
  • et évidemment, à rendre compte de tout ça à l’internet mondial via les réseaux sociaux (Facebook, Instagram) et ici-même sur le blog.

unfollowWESH POURQUOI TU ME SUIS PLUS ? SAI PA SIMPA

Même pas peur ! Bon, en fait si, un peu, peur du résultat en fait.

Mais c’est quand on se remet en question qu’on laisse de la place pour l’amélioration 🙂

  • Première étape

À partir de demain donc, je vais noter TOUT ce que je mets à la poubelle. Comme je l’avais fait pour mon article 48 heures de déchets ordinaires, mais sur une semaine (mon dieu).
Et donc, comme je l’ai dit, que ce soit chez moi ou non hein. La feuille ou le gobelet jeté au boulot, c’est jeté à cause de moi.
C’est pas parce que je ne jette pas mon déchet chez moi, qu’il ne compte pas (sinon suffirait de squatter les poubelles des voisins -y’en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes).

  • Deuxième étape

Je vais donc peser tous les déchets qui sont mis à la poubelle à la maison. J’aimerais bien le faire au boulot aussi mais j’ai comme l’impression qu’emmener une balance dans mon bureau soit vu étrangement par ma binôme 😀

  • Troisième étape

Comme l’idée c’est pas non plus de se déprimer et de sauter d’un pont par culpabilité, je vais aussi essayer de noter ce que j’évite comme déchets, soit par des alternatives que j’utilise déjà, soit en refusant des déchets.

  • Quatrième étape

Des petits défis ou infos au quotidien, que je partagerai avec vous 🙂 (bzzzuit plus facile à suivre via Facebook ou Instagram mais je ferai des récaps ici !)
Le but c’est pas de devenir zéro déchet en une semaine … Mais de bien se pencher sur la question et de voir ce que je peux raisonnablement faire pour diminuer tout ça.

Avant tout, il y a des choses à préciser …

► Déjà, je vis en appartement sans jardin ni balcon, en plein Paris.
Niveau compostage, on fait ce qu’on peut avec le lombricompost mais on l’a redémarré il y a quelques semaines seulement (après le décès tragique et inopiné de notre précédent bac, celui que j’avais présenté dans cet article), donc il n’engloutit pas encore tous nos déchets organiques.

► De plus, une grande partie de nos poubelles est, je pense, composée de la litière de Dame Broussette, la lapine-reine-du-monde. Sa litière pourrait être compostable si on avait un jardin (et donc un compost en pleine terre) puisque c’est du papier recyclé, mais dans le lombricompost ce n’est pas possible …
Si elle faisait moins de crottes on s’en sortirait vachement mieux, mais bon c’est un lapin quoi. La moitié de ses journées est occupée à faire des crottes (encore heureux, elle les fait dans sa litière, faut pas trop en demander non plus).

IMG_9336TOUT EST SA FAUTE. Mais elle est si mignonne …

► Et puis il faut compter avec le fait que je travaille dans un environnement pas du tout sensibilisé aux enjeux écologiques.
Y’a vaguement du tri sélectif , mais qui dépend uniquement de la bonne volonté des employés (quand les gens pensent à ne PAS jeter leur papier dans la poubelle mais dans le bac prévu exprès, ou à ne PAS mettre leurs bouteilles en plastique dans la poubelle mais devant la porte pour collecte …). Donc autant vous dire que hein …

poubelleVoilà.

En plus de ça, la semaine prochaine au boulot j’ai un gros salon à gérer, ça va être marrant de compter mes déchets là-dedans 😀

Allez, c’est parti ! Dans peu de temps, un premier article défi/résultat !

Photo : NeONBRAND – Unsplash