Chroniques de l’imperfection – Mes pires ratages

(Oui l’espèce de jeu de mots est fait exprès. Je sais, c’est nul. Tant pis.)

Parfois tu peux avoir les meilleures intentions du monde, et quand même te planter en beauté. Ça vaut pour tous les aspects de la vie, en sport comme en cuisine comme en vêtements comme en relations humaines.

Du coup c’est bien d’insister à nouveau sur l’idée que personne n’est parfait, même pas -surtout pas- les gens engagés (damned, et notre auréole de gloire alors ?) (Comment ça les licornes ça n’a pas d’auréole ?) !

Parce que c’est vrai qu’à mesure qu’on chemine, les nouveaux/elles venu-e-s dans cette démarche ont parfois l‘impression que les autres veulent être zéro défaut en plus d’être zéro déchet et qu’ils font toujours tout bien. Mais que nenni, chers amis ! (bienvenue en 1872)
La faille existe ! Et je ne vous parle pas d’actes de base à côté de la plaque (comme quand j’ai acheté un sandwich suremballé dans un supermarché par flemme), mais de vrais ratages alors même qu’on essaie de bien faire.

failphotoC’est pas grave tantine, ça partait d’une bonne intention.

Alors histoire d’être tout à fait honnête avec vous, voici quelques exemples de foirages bien ridicules que j’ai pu rencontrer en essayant de faire des trucs maison, zéro déchet ou écolo.

Allez-y, moquez-vous (mais pas trop fort sinon je vais pleurer).

Temps de lecture : 6 minutes


Avant toutes choses, il me semble utile de rappeler quelques petites choses :

  • Comme on le répète souvent, les limites se repoussent d’elles-mêmes. J’en parlais dans cet article : il y a bien des choses que je fais maintenant, mais que jamais je n’aurais imaginé faire il y a quelques temps.
    Le fait est que plus tu avances, plus tu te rends compte que ta « zone de confort » peut être un peu trop étroite. Alors tu l’élargis. Et ce qui était auparavant hors de ta zone de confort, est désormais en plein dedans. Exemple typique : la coupe menstruelle !
  • Ces limites, justement, sont propres à chacun. Et personne n’a le droit de les fixer à votre place. Il faut toujours se laisser le temps d’évoluer tranquillement, à son rythme. C’est moins stressant !
  • On peut parfois avoir l’impression qu’on recherche sans arrêt la perfection. De la manière dont je le vis (c’est donc un avis très perso), c’est plutôt de la curiosité. Une fois que j’ai commencé à modifier mes habitudes, je suis très curieuse de voir ce qui se passe quand j’en change une autre. Alors j’essaie -même si, comme on va le voir, ce n’est pas toujours une grande réussite …

  • La fois où j’ai cuisiné sur ma tête

Quand j’ai commencé à réfléchir pour changer mes habitudes en matière capillaire, j’ai lu qu’on pouvait utiliser un oeuf pour se laver les cheveux (j’en ai parlé ).
Impatiente comme je suis, j’ai voulu tester tout de suite : j’avais un oeuf dans la cuisine, et c’était justement l’heure de prendre une douche.

excitedMoi (beaucoup) trop pressée d’essayer un nouveau shampooing. 

Me voilà donc partie dans la salle de bain avec mon oeuf et un peu de vinaigre de cidre, car j’avais lu que c’était bien pour rincer (c’est le seul conseil que j’avais lu, je n’avais pas regardé les autres … et j’ai eu tort).
Je casse mon oeuf, je le bats, et puis sous la douche je le fais couler sur ma tête, je frotte comme je peux, et je rince … à l’eau chaude.

À l’eau bien, bien chaude.

L’odeur n’était pas terrible, mais tant pis.
Par contre, en sortant de la douche, horreur, enfer et damnation : j’avais des morceaux d’oeuf à moitié cuit partout dans les cheveux. Mais genre trop petit pour être pratiques à enlever. Une poudre d’oeufs brouillés.
Dans mes cheveux.
Inutile de vous dire que je suis retournée illico sous la douche pour bien laver tout ça avec un shampooing bien crado …

eggsMes cheveux, vue d’artiste.


  • La (ou les) fois où j’ai eu triple dose de déchets

Ça nous arrive de temps en temps, et c’est toujours rageant quand tu essaies de limiter tes déchets.

Commençons par mon copain, qui va parfois chercher un café le matin dans une cafétéria bien connue. En bon soldat du zéro déchet, il ramène son mug à lui, estampillé Étoile Chevreuil, pour qu’on lui serve sa boisson dedans au lieu de jeter un gobelet en carton.

Un jour, il arrive tout guilleret (je sais pas, j’imagine qu’il était guilleret) pour prendre son café. Il donne son mug au serveur, le serveur donne le mug au barrista, qui … fait le café dans un gobelet en carton, verse le café dans le mug, et jette le gobelet en carton.

facepalmDésespoir.

De mon côté, le pire que j’ai eu, c’est dans une boulangerie, un midi. C’était bondé, environ mille personnes dans la petite boutique (#tendancemarseillaise).
J’avais amené mon sac en tissu pour qu’on mette mon sandwich et mon cookie dedans. Je donne mon sac au boulanger, qui se retourne pour préparer le bazar. Comme il y avait du monde, je me mets sur le côté …

2mn plus tard, le boulanger me tend … un sac en plastique. Dans ce sac en plastique, un grand sac en papier. Dans ce grand sac en papier, un petit sac en papier contenant le cookie, et mon sac en tissu contenant le sandwich.
Et des couverts en plastique (emballés dans du plastique) parce qu’il est bien connu qu’on a besoin de couverts pour manger un sandwich et un cookie.

facepalmbisDésespoir bis.


  • La fois où j’ai fait cramer l’incramable

Tout récemment, j’ai fait cuire des pois chiches pour une salade. D’habitude, je rajoute de l’eau au fur et à mesure parce que ça s’évapore drôlement vite.

Ce jour-là, je voulais essayer de garder l’aquafaba (l’eau de cuisson) pour en faire une mousse, donc en fin de cuisson j’ai arrêté d’ajouter de l’eau pour avoir un jus plus concentré. Pas maline la fille, il aurait été bien plus simple de faire réduire le jus APRÈS avoir retiré les pois chiches …

Mais non, j’ai laissé les pois chiches dedans, et je suis repartie dans le salon faire je sais pas quoi.
Vingt minutes plus tard, je sursaute : « Mince, j’ai oublié les pois chiches ! »

forgotMoi quand je me souviens que j’ai un truc sur le feu. 

Si vous vous demandez si ça peut cramer, OUI, ça crame très très bien. Les pois chiches, et même l’eau (0_0) car il y avait au fond de la casserole une couche épaisse de brûlé que je n’explique pas autrement que par l’eau qui a brûlé. Miracle de la nature.

magic

Pois chiches façon charbon …
Décrassage assez facile avec du vinaigre chauffé puis des cristaux de soude, mais quand même, j’ai pas pu faire ma mousse au chocolat vegan

sad


  • La fois où j’ai moulé de la lessive

Ma lessive, je connais la recette par coeur.
Tellement que je prends trop la confiance … Et il n’y a pas longtemps, j’ai même omis de peser le savon. Sauf que le savon, je l’ai coupé moi-même dans une barre, et donc les morceaux ne sont pas du tout équivalents.

Quand j’ai mis la lessive dans le bidon, elle était crémeuse, j’ai trouvé ça super chouette -j’étais contente, une lessive gel comme dans le commerce !

Sauf que haha, pas du tout, elle a ensuite complètement figé dans le bidon, mais vraiment. Si j’avais découpé le bidon, je pense que j’aurais eu une sculpture de lessive en forme de bidon …

J’ai dû reprendre 10mn pour la re-diluer, la mixer, et la re-répartir dans différents récipients. Échec.

sculptingSculpture de lessive, vue d’artiste.


  • La fois où j’ai créé un geyser dans la cuisine

Faire le ménage avec des produits respectueux de l’environnement, c’est écolo, pas cher et efficace.

Sauf que parfois, ça ne se passe pas trop comme prévu.

La première fois que j’ai fait ma propre lessive, j’ai eu la stupide idée de mettre du percarbonate dans la casserole alors qu’elle était encore sur le feu.

Sauf que le percarbonate, quand c’est chauffé, ça mousse. Et plus c’est chauffé, plus ça mousse. Je vous laisse imaginer quand on parle d’une marmite d’eau bouillante …

Geyser dans la cuisine, la lessive qui déborde, et qui continue de déborder même en retirant la casserole du feu … Un grand moment de solitude.

chemistry

 

Et grâce à Séverine (sur le groupe GBEM), je me suis souvenue d’un autre échec du même genre : la première fois que j’ai voulu faire des tablettes lave-vaisselle.

Dans la recette, il y avait de l’acide citrique en poudre. Un produit qui réagit très très fort avec l’eau. Pour faire les tablettes, il fallait mettre quelques gouttes d’eau dans le mélange de poudres (acide citrique, cristaux de soude, toute la bande).
Sauf que j’ai mis beaucoup trop d’eau. La mixture a commencé à gonfler, gonfler, gonfler, sans s’arrêter !

Alors moi, en catastrophe, j’essaie de mouler le truc direct  dans un bac à glaçon, je tasse en pensant que ça allait ralentir la réaction, mais que nenni ! Ça continue à mousser, à gonfler, chaque tablette dépasse de son compartiment puis fusionne avec les voisines …

Mes tablettes, une fois sèches (genre mille ans après), ne ressemblaient à rien. Le démoulage s’est révélé impossible, ça a refait de la poudre, donc tout ça pour ça

Maintenant, je m’arrête au stade de la poudre, c’est beaucoup plus simple !


  • La fois où j’ai foiré un gâteau puissance mille

En cuisine, j’adore improviser avec ce que j’ai. Remplacer un ingrédient par un autre, parce que j’ai la flemme d’aller en racheter comme ça je consomme moins.

Quand je n’ai plus de beurre pour un gâteau, je remplace par de l’huile.
Sauf que ce jour-là, je me suis pris pour Michalak, et je n’ai pas pesé l’huile. J’ai versé dans ma pâte à l’arrache, en me disant « ouais la texture est pas mal ».

Gâteau immangeable. Vraiment. Immonde, un goût de frit, beurk beurk.
Pour une férue de pâtisserie comme moi, c’était un échec cuisant (#lol), surtout que je l’ai servi à des gens (#honte).

ramsayJ’crois que Gordon Ramsay n’a pas trop aimé mon gâteau goût colza 😦


  • La fois où j’ai acheté du poil de cochon

Quand j’ai voulu changer de brosse à dents, je me suis dirigée vers quelque chose d’un petit peu plus durable que les brosses à dents jetables du supermarché.
Et tant qu’à faire, j’ai voulu la prendre en poils synthétiques, pour éviter les soies animales -on n’est pas vegan, mais si on peut contourner les produits animaux, on le fait.

Nous voilà donc à la Biocoop, avec mon copain, on regarde bien toutes les brosses à dents, et on choisit des brosses avec la tête interchangeable. Top !

On rentre à la maison, on déballe le truc, et je regarde l’emballage.

Soie de porc. Échec.

Le pire de tout, c’est qu’au bout d’une semaine la tête était flinguée. Durabilité zéro.
Depuis on a changé de brosse et tout va bien (y compris les poils des cochons puisqu’on s’est, cette fois, assurés que c’était bien du nylon).

toothbrushMoi quand je réalise que j’ai acheté une brosse en soie de porc.


  • La fois où je me suis brûlée avec du lierre

Pour l’article sur les produits ménagers, j’avais testé la lessive de lierre.
Déjà, j’avais eu l’air bête avec mon copain, sur la Coulée Verte à Paris à cueillir du lierre … Mais ça encore, ça va.

gardeningCueillette sur la Coulée Verte, un vrai moment bucolique ❤

J’ai préparé ma lessive, j’ai mis le tout encore bouillant dans mon blender, et comme une cruche j’ai mis le truc en marche sans tenir compte de la pression engendrée par la vapeur d’eau.
Et sans tenir le couvercle.

Le couvercle du blender a sauté, le mur a pris une jolie teinte verdâtre, et j’ai reçu une giclée de lessive ultra bouillante sur l’épaule, le cou et la clavicule.
Là maintenant ça me fait rire, sur le coup beaucoup moins, surtout parce que j’avais dû éponger le sol et les murs et que c’est nul d’éponger sa cuisine.

darkness


  • La fois où mon vrac était en vrac

Je fais mes courses à la Biocoop, et j’essaie d’acheter en vrac au maximum.
Avant d’avoir des sacs en tissu, j’utilisais les sacs en papier du magasin, en les ramenant d’une semaine à l’autre pour ne pas en prendre de nouveaux. Alors forcément, à la longue, les sacs se sont un peu abîmés.

Erreur fatale quand j’ai pris l’un des sacs en papier les plus vieux pour mettre du sucre dedans. Le fond du sac était légèrement décollé, et avec le poids du sucre, il a lâché au moment où je l’ai mis dans mon panier. Courses entières saupoudrées de sucre.

MAIS je ne l’ai pas vu tout de suite ! Ce n’est qu’en retournant au rayon vrac que j’ai vu un petit tas de sucre par terre, à l’endroit où j’avais posé mon panier cinq minutes avant … Alors j’ai regardé et j’ai vu les dégâts.

Surtout que j’avais dispersé du sucre dans tout le magasin, puisqu’il avait coulé par les interstices du panier (à roulettes), marquant mon chemin tel un petit poucet diabétique.

poucet« Hé regardez les gars, un chamallow, c’est par là la sortie de la Biocoop ! »


  • La fois où je me suis crue aromathérapeute

J’ai appris à mes dépens que les huiles essentielles s’utilisent avec énormément de précautions (lire ici), et c’est pas une blague … Ce sont des substances très puissantes, qui peuvent être dangereuses si on les utilise mal.

J’avais lu que l’HE de gaulthérie couchée était top pour soulager les muscles endoloris, les courbatures et contractures.
Malheureusement, ma lecture s’est arrêtée là.

J’me suis dit que je pouvais ptêtre l’utiliser pure si ma courbature était aussi douloureuse d’une hernie discale.
Grossière erreur. L’HE de gaulthérie couchée a une action révulsive, son usage pur est très irritant pour la peau.

Sensation de brûlure très vive, et durable en plus, même après avoir rincé immédiatement. Cuisse rouge vif façon homard trop cuit pendant des heures.

Depuis, je n’utilise jamais une HE sans avoir bien lu TOUTES ses précautions d’emploi … En souvenir de ce moment de solitude dans ma salle de bain à essayer de rincer ma peau à l’eau froide et au savon, sans succès 😥

burnMoi quand j’ai appliqué de l’HE pure sur mon pauvre épiderme. 


Et il y a sûrement d’autres anecotes, et il y en aura bien d’autres ! Mais j’ai même pas honte en fait, déjà parce que c’est un peu rigolo, et ensuite parce que ça part d’une bonne intention (et comme on dit, c’est l’intention qui compte) (je sais, on dit aussi que l’enfer est pavé de bonnes intentions, mais ne soyez pas si négatifs !).

Je me dis : mieux vaut essayer et se planter, que ne pas essayer du tout. Au moins, je travaille sur mon acceptation de l’échec ! Tentative d’auto-réconfort.

Et vous, c’est quoi vos pires ratages ?