Douche et déchets #3 – Les cheveux au naturel

Parlons poudres de perlimpinpin !
(Toute ressemblance avec un débat politique télévisé est purement fortuite)

Après le zéro déchet dans la salle de bain et la problématique des règles, je continue la petite série dédiée à la salle de bain écolo avec un article spécial cheveux !
Si vous voulez obtenir une crinière soyeuse, flamboyante et chatoyante (défi « 3 adjectifs contenant un y » : check) avec des produits naturels, qui ne vont ni vous transformer en hippie aux cheveux sales, ni aller polluer les eaux, voici quelques pistes !

Temps de lecture : 11 minutes


Mais d’abord, six (oui six) disclaimers importants :

  • Je ne vais parler ici que de ce que je connais et pratique moi-même. Donc je ne vais pas détailler tous les produits qui existent, sinon on y serait encore dans trois jours !
    Si le sujet vous intéresse, vous trouverez plein d’infos sur le net : la chaîne Youtube d’Alys Boucher (une référence en matière de cosmétique naturelle, avec en plus des ingrédients ultra simples) ; les groupes Facebook « Communauté No Poo FR« , « Henné paradise » etc ; la FAQ chez Antigone XXI …
  • Passer à des produits naturels exige un certain déconditionnement. Ça peut prendre un peu de temps de s’habituer à des produits qui ne moussent pas, ou qu’il faut préparer juste avant la douche, ou qui mettent plus de temps à être rincés.
    À titre perso, et en tant que digne représentante de la #teamfeignasse, je vous garantis que ça ne me pose plus de problème du tout !

hairwashCe garçon est en cours de déconditionnement.

  • Toutes les solutions ne sont pas adaptées à tous les cheveux. Par exemple, Marie est fan de farine de pois chiches -sur mes cheveux ça a été la catastrophe. À l’inverse, j’adore le rhassoul, mais il y a des gens chez qui ça fait le cheveu poisseux … Il faut donc tester plusieurs produits, plusieurs routines, pour trouver celle qui convient.

routineWater only pour Bob l’éponge, je suppose.

  • Les cheveux peuvent prendre un peu de temps à s’habituer aux nouveaux produits. Perso j’ai eu de la chance avec les poudres, mais pour bien des gens il y a un temps d’adaptation qu’il faut juste dépasser, le temps que les cheveux dégorgent des produits conventionnels qu’on applique depuis des années.
  • Si vous le pouvez, évitez de commander chez Azomarone (oui c’est fait exprès la faute d’orthographe). Je sais, c’est pas cher et pratique, mais d’une part côté déchets on est loin du compte (tout est sous plastique), et d’autre part la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.
    En plus de ça, on a tendance à suivre leurs recettes qui contiennent environ vingt-trois mille ingrédients, donc on achète … Alors qu’il est très facile de faire plus simple, moins cher, moins polluant !
    Pour en savoir plus sur pourquoi AZ c’est pas terrible, vous pouvez lire cet article ou bien celui-là. Après chacun voit midi à sa porte, j’ai moi-même des produits AZ que je termine, mais ensuite je ne les rachèterai pas là-bas 🙂
  • Je ne parlerai pas du no poo, cette méthode qui consiste à éliminer les shampooings industriels, et notamment de tout l’aspect sur l’espacement maximal des lavages : je n’y connais rien, ce n’est pas ma démarche, donc je ne veux pas raconter n’importe quoi 🙂

noideaMoi quand on me demande d’expliquer ce qu’est le no poo. 


  • Pourquoi passer au naturel pour ses cheveux ?

1) Pour la santé
Je suis sûre que ça ne vous a pas échappé : ces dernières années, le marketing des shampooing et produits capillaires conventionnels joue à fond sur « regardez, y’a plus de paraben / de silicone dans nos produits ! ».
Ce qui signifie déjà qu’avant, il y en avait. Mais c’est une autre histoire.

Les cosmétiques industriels sont des produits issus de la chimie (jusque là, rien d’inquiétant) auxquels on a ajouté pas mal d’adjuvants diverzévariés, bien souvent pas très glop ni pour la santé, ni pour l’environnement.

De base, je me dis : a-t-on besoin d’une liste d’ingrédients longue comme le bras pour se laver les cheveux ? Qu’y-a-t-il dans ces produits exigeant un bac +12 en pétrochimie pour comprendre ce qu’on se met sur la tête ?

mathMoi quand je lis la composition du Ailsaive Force et Robustesse et Brillance et Volume et Chatoiement

Avec les études de plus en plus nombreuses sur le sujet, et même si on n’est pas ultra certain de l’effet à long terme sur la santé, je pense qu’il vaut mieux la jouer safe.

Même pour vos cheveux, c’est un peu naze car beaucoup de shampooings conventionnels contiennent des composants, qui gainent le cheveux … mais seulement en surface. Le cheveu n’est pas réparé en son coeur, il a juste l’air beau mais n’est pas vraiment soigné. D’où le fait que quand vous arrêtez ce shampooing, les cheveux peuvent faire grise mine … Alors on reprend le même. Malinx.

En plus de ça, les shampooings conventionnels ont tendance à décaper le cuir chevelu. Il n’y a pas si longtemps, je me lavais les cheveux tous les jours, car au bout d’une journée ils regraissaient déjà.
Bizarrement quand je suis passée aux lavages naturels, j’ai pu espacer les shampooings sans trop de souci : comme j’ai arrêté d’agresser mon cuir chevelu tous les jours avec l’équivalent shampouinesque d’un Karcher, il a arrêté de regraisser pour se défendre. Logique.

notcleanMoi quand je me lavais les cheveux tous les jours parce qu’ils étaient tout le temps sales. 

2) Pour l’environnement
Attention scoop : la mousse de votre shampooing, elle part dans les égouts. L’eau usée est ensuite traitée en station d’épuration. Mais, au même titre que les produits ménagers, à l’heure actuelle on ne sait pas bien séparer les molécules chimiques de l’eau avant de la rejeter dans les cours d’eau naturels.
Donc votre Aidenchouldeure, il va finir au milieu des poissons.
C’est quand même moyen sympa.

fishCe poisson n’est pas très content de manger vos restes de Aidenchouldeure fraîcheur des pins.

À côté de ça, il y a aussi la pollution engendrée par les emballages plastique qui contiennent les shampooings, après-shampooings, produits de soin ou coiffants … Ce plastique (souvent du PEHD) n’est recyclable qu’une seule fois … quand on pense à le mettre dans le bon bac. Et avec la dose de ressources qui va avec (pour produire la bouteille neuve comme pour la recycler).

3) Pour le porte-monnaie
Même combat que pour les produits ménagers ou les produits zéro déchet : si le shampooing naturel peut sembler plus cher de prime abord, ce n’est, finalement, pas le cas.

Ma boîte de rhassoul me coûte 9€ environ en magasin bio. Mais elle dure bien plus longtemps qu’une bouteille de shampooing normal, plus de trois mois à raison d’un shampooing tous les deux ou trois jours (j’ai pas encore réussi à espacer davantage). Je n’ai pas de chiffres à vous proposer, mais je suis à peu près certaine que je dépensais davantage en shampooing de grande surface.


  • Les échecs

J’ai essayé plusieurs solutions pour me laver les cheveux sans shampooing du commerce, certaines n’ont pas DU TOUT été des réussites ^^
Histoire qu’on puisse tous ensemble se moquer de moi, je vous énumère mes échecs … Qui n’en auraient peut-être pas été si j’avais persévéré, mais je suis trop psychorigide du cheveu propre pour ça.

1) L’oeuf
Au tout début, j’ai essayé un oeuf.
L’oeuf contient des tensioactifs (sisi). Donc ça lave.
En théorie.
J’ai plutôt eu l’impression de faire un oeuf poché sur mon crâne.
En-dehors du fait que c’est galère à étaler, que ça pue un peu, qu’il faut que l’eau soit tiède ou froide pour pas faire d’omelette dans tes cheveux, et que ça revient cher, mes cheveux n’ont pas beaucoup aimé : j’ai fait 3 ou 4 lavages comme ça, et ils étaient lourds.
NEXT.

eggsMon ressenti du shampooing à l’oeuf, vue d’artiste. 

2) La farine de pois chiches
Nan ce n’est pas une blague. Il se trouve que le pois chiche contient de la saponine et que donc, il lave 🙂
Quand je vois la crinière de folie de Marie, qui est fan de farine de pois chiches, je suis ultra jalouse. Parce que la farine de pois chiches, c’est pas cher et on en trouve en vrac. Et que chez elle ça marche vraiment super bien.
Sur mes cheveux, c’était l’horreur. Difficile à rincer, plein de petits grains de farine qui restent, et résultat moyen (cheveux assez secs). J’ai essayé d’ajouter un hydratant dans ma mixture farine + eau (avec du gel d’aloe), mais rien à faire, c’est pénible à rincer et ça m’agace. NEXT.
Avec la farine qui restait, j’ai fait des quiches. Rien ne se perd. 

badhairMon ressenti du shampooing à la farine de pois chiches, vue d’artiste. 

3) La farine de seigle
Même combat que la farine de pois chiches, l’odeur en moins. La texture est aussi plus douce, moins granuleuse. Mais je n’ai pas été convaincue non plus, un je ne sais quoi pas agréable. NEXT.
Avec le reste de farine, j’ai fait du pain d’épice. #zérodéchet.

painépiceC’est quand même mieux comme ça. 

4) Le bicarbonate de soude
Beh oui, il absorbe le gras !
Mais chez moi, c’est vraiment tout ce qu’il fait. Mes cheveux étaient poisseux (pas gras, mais désagréables au toucher), et en plus à la longue le bicarbonate peut irriter le cuir chevelu. NEXT.
Heureusement que j’utilise le bicar pour tout, pour faire gonfler mes gâteaux comme pour nettoyer mon four. Pas de gâchis.

merlinMerlin fait sa vaisselle au bicarbonate, mais la légende ne dit pas s’il lavait aussi sa barbe avec. 


  • Les réussites

1) Le shampooing solide
J’en ai deux à la maison : un pour mon copain, et un pour moi.
J’ai acheté le mien en Biocoop ; celui de mon copain est un Pachamamaï acheté en vrac sans emballage chez Day by Day. Lamazuna en fait aussi des bien, apparemment.
Ne vous laissez pas impressionner par le prix : le machin dure ultra longtemps ! 

Ces shampooings contiennent des tensioactifs, mais ces tensioactifs sont en général moins agressifs que les shampooings conventionnels -et globalement la compo est souvent meilleure … Mais il faut toujours la vérifier, on n’est pas à l’abri d’une mauvaise surprise !

Ils s’utilisent comme un savon : on frotte le shampooing entre ses mains mouillées, ou directement sur ses cheveux, ça mousse, on lave, on rince, merci au revoir.

looneytunes

L’avantage c’est évidemment l’absence de flacon en plastique, mais aussi la durée de vie du produit.

Le résultat est pas mal chez moi, ça dépanne bien. C’est certes moins bien qu’en utilisant les poudres : j’ai moins de volume et mes cheveux regraissent un peu plus vite avec le shampooing solide (la faute aux tensioactifs, justement).
Cela dit, pour partir en week-end ou en voyage, c’est super pratique, ça ne prend pas de place et ça passe en cabine d’avion !

2) Les poudres ayurvédiques
Un jour, je sais pas ce qui m’a pris, j’ai acheté plein de poudres chez AZ. En mode furie.
Je regrette un peu maintenant parce que j’en ai trop et que je galère à les finir …

spreeMoi chez AZ un beau samedi de février. 

Faut bien arriver au bout, mais quand je les aurai finies, je n’en rachèterai pas, parce que le rhassoul seul me convient parfaitement (pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?).
Je ne vais pas vous détailler les vertus de chacune, je vous laisse chercher sur votre moteur de recherche favori (genre Ecosia), mais je vous indique juste quelques infos au passage !

Les poudres se préparent très simplement : 2 à 3 cuillères à soupe de poudre dans un bol, de l’eau bien chaude (ou bouillante) pour avoir la consistance que vous aimez bien, on touille, on met ça sur sa tête (ça ne mousse pas, évidemment), on laisse agir 3-4mn, on rince bien, et vouala !

Au début t’as l’impression de juste emmêler tes cheveux et que jamais ils ne se démêleront après rinçage. La première fois j’ai eu archi peur, ça me faisait un gros paquet sur la tête, je me voyais déjà m’arracher les cheveux pour les démêler, sanglotant devant mon crâne chauve Mais en fait pas du tout, après le rinçage les cheveux sont bien démêlés -et je dis ça alors que j’ai des cheveux qui peuvent faire des noeuds par la simple force du saint esprit …

cuthairMes craintes en appliquant un shampooing aux poudres pour la première fois. 

  • Le shikakai (lavage) : un grand classique du cheveu au naturel ! Il lave bien et rend les cheveux doux. Le hic c’est qu’il est irritant pour les voies respiratoires ou les yeux (j’en témoigne de première main, un jour en rinçant y’a un peu de shikakai qui est tombé dans mon oeil. J’ai cru que j’étais devenue borgne mais sans être roi au pays des aveugles).
    Il n’est pas du tout agressif pour les cheveux, il démêle très bien aussi. Pas d’odeur particulière.
  • Le sidr (lavage) : également un classique ! Il est riche en saponines, et s’utilise également sur la peau. Sa richesse en mucilages fait que la préparation a une texture plus « gel », c’est assez bizarre au début mais c’est rigolo !
    Perso je l’aime beaucoup, il ne sent quasiment rien (ce qui n’est pas le cas de toutes les poudres ayurvédiques …), il donne pas mal de douceur aux cheveux, il se rince très facilement.
  • Le multani mitti (lavage) : c’est une argile indienne qui est très efficace pour la peau, comme pour les cheveux. Genre multitâches : je l’utilise en base de masque pour le visage, et aussi sur mes cheveux. Elle est très douce, un peu comme l’argile blanche !
  • La poudre d’orange (soin) : je ne m’en sers pas comme shampooing seul, mais j’en mets un peu dans ma préparation car elle aide à faire briller les cheveux et à mieux absorber le gras.
  • La poudre de guimauve (soin) : je l’adore ! Je l’utilise souvent en soin pour les cheveux (avec d’autres poudres) ou même dans le shampooing. Elle est très riche en mucilages, elle démêle et hydrate super bien les cheveux. Elle ne sent rien du tout, elle se rince très facilement aussi, je l’aime d’amour.
  • Le kachur sugandhi (soin) : ça sent plutôt bon ce machin. C’est une super poudre de soin pour les cheveux, elle stimule la pousse, fait briller les cheveux, leur donne du volume aussi. ++ quoi.
  • Le reetha (lavage) : il est bourré de saponines, donc lave très bien. D’ailleurs c’est la même chose que les noix de lavage, sauf qu’elles sont ici réduites en poudre.
    Malgré tout je ne l’aime pas du tout … Parce que ça pue ! Mais genre vraiment. Je sais pas si c’est mon sachet qui a eu un problème ou quoi, mais ça pue le vomi si je l’utilise seul. Alors j’essaie d’en mettre de petites quantités dans des préparations, mais vraiment, beurk.
  • Le nagarmotha (soin) : il sent bon, celui-là, au moins : une odeur très épicée. C’est une poudre de soin purifiante tip top pour tout ce qui est gras : cheveux à tendance grasse, pellicules, peau grasse / points noirs …
  • Le fenugrec (soin) : alors, j’adore cette poudre parce qu’elle donne vachement de volume aux cheveux, les fait briller et stimule leur pousse.
    Par contre, bah ça sent très fort le fenugrec quoi, donc si j’en mets trop j’ai l’impression d’avoir un curry sur la tête. Donc j’en mets peu dans ma préparation … Parce que vraiment, l’odeur est désagréable !
  • Le henné neutre (soin) : neutre, c’est-à-dire qu’il ne colore pas. Le henné neutre est un bon soin pour les cheveux, leur apportant force et brillance.

En général j’utilise plusieurs de ces poudres en même temps.
Par exemple :

  • 1CS de shikakai + 1CS de multani mitti + 1CC de nagarmotha + eau = un shampooing purifiant
  • 1CS de sidr + 1CS de shikakai + 1CC de poudre de guimauve + eau = un shampooing démêlant
  • 1CC de henné neutre + 1CC de fenugrec + 1CC de kachur = un soin spécial pousse
  • 1CC de poudre d’orange + 1CC de henné neutre + 1CC de kachur + 1CC de guimauve = un soin spécial brillance

witchMoi quand je prépare mes soins aux poudres. 

Il existe plein de recettes sur le net 🙂

3) Le rhassoul
Je le mets séparément parce que ce n’est pas une poudre ayurvédique : le rhassoul est une argile marocaine, ultra douce pour les cheveux et la peau. C’est un produit éminemment double emploi puisqu’il est aussi performant sur les cheveux que sur le visage ou le corps.
Il ne contient aucun tensioactif ni saponine, c’est pour ça qu’il est si douuuux.

C’est le seul (avec le shikakai) que j’ai essayé en solo sur mes cheveux, en faisant une simple pâte (2CS de rhassoul + eau chaude).
Et le résultat est top.

Sachant que la première fois que j’ai testé le rhassoul seul, j’ai fait un vrai crash test puisqu’il devait laver mes cheveux pas lavés depuis 3 jours et sur lesquels j’avais fait un bain d’huile (huile de coco + huile d’amande douce, sur toutes les longueurs et les racines pendant une demi-journée). Donc bien bien gras.
Et le rhassoul n’a eu aucun mal à nettoyer tout ça, en une seule application, sans assécher.

Il ne mousse pas, donc ça demande du déconditionnement par rapport aux shampooings conventionnels.
Mais franchement le résultat est à la hauteur : je trouve mes cheveux vachement agréables à porter, ultra léger (mais vraiment, comme dans les pubs), avec du volume.

beyonceJe pense que Beyoncé utilise aussi du rhassoul. 

Le seul risque, c’est qu’au bout d’un moment ça ne convienne plus … Comme avec les shampooings conventionnels, au fil du temps les cheveux peuvent réagir différemment au même produit.

Ah et aussi, pour le rhassoul comme pour les poudres, attention à ne pas boucher votre baignoire ou votre douche en faisant une pâte trop épaisse, sinon en rinçant ça va partir en morceaux et c’est galère ^^
Perso je préfère faire une pâte plutôt liquide, c’est plus facile à étaler et à rincer !
[Astuce d’une copine admin : elle fait son shampooing au rhassoul le même jour qu’elle fait son gommage au marc de café, comme ça aucun risque de boucher la baignoire, puisque le marc de café est connu pour aider à décrasser les canalisations !]


  • Les soins

Je déteste me compliquer la vie, mais vraiment. Alors je vais au plus simple, avec des produits bruts, et je privilégie toujours ce que j’ai déjà.

Je fais donc des masques ou soins avec certaines poudres (henné neutre, guimauve, kachur, nagarmotha …), auxquelles j’ajoute ou non d’autres produits.
Pour mes cheveux, j’utilise surtout :

    • Le miel. Le miel est un hydratant ultra puissant, pour la peau comme pour les cheveux. Sur les cheveux, c’est galère à appliquer seul, donc j’en mets une cuillère à café dans une préparation. Dans tous les cas, même mis seul, c’est très, très, très facile à rincer (contrairement à ce qu’on pourrait croire).
    • Les huiles végétales. En général je me contente de ce que j’ai déjà : huile d’amande douce, huile de noisette, huile de ricin (extra pour les cheveux, celle-ci). Soit je fais un bain d’huile (donc je mets une noisette d’huile dans ma main et j’applique sur mes cheveux), soit je mets l’HV directement dans un masque capillaire.
    • Du vinaigre de cidre, après rinçage, pour faire briller. Non, l’odeur ne reste pas dans les cheveux, elle disparaît dès le séchage ! (Promis vous ne sentirez pas la vinaigrette toute la journée) J’ai fait un mélange moitié vinaigre, moitié eau dans un petit vaporisateur, bien plus pratique à utiliser que la technique du bol (surtout si comme moi vous avez deux mains gauches).

    • C’était long hein ?

      boringOui bah ça va, je fais ce que je peux. 

      Et encore, il y a tellement de choses à dire sur le sujet, j’aurais pu continuer pendant environ quatorze pages. Mais comme je suis sympa, je vais m’arrêter là.

      Surtout, je me répète, mais gardez à l’esprit ces éléments :

      • Une même méthode ne convient pas forcément à tout le monde. Ça dépend entièrement de votre nature de cheveux et de vos habitudes. Donc il faut essayer, tester, parfois faire demi-tour …
      • Ce n’est pas évident de passer du Ailsaive à une mixture d’argile, niveau utilisation, temps de pose, organisation … Un lavage au rhassoul demande quelques minutes de plus que juste verser un produit tout prêt dans sa main. Perso ça m’a permis d’espacer les shampooings donc je m’y trouve, au final.
        Il faut aussi s’habituer au fait que ça ne mousse pas -mais ce n’est pas la mousse qui lave, souvenez-vous-en !
      • Le but n’est pas de se compliquer la vie : évitez les recettes à mille ingrédients, les ingrédients chelou qui ne vous serviront qu’à ça, les masques-aux-protéines-de-soie-d’Arménie, etc. Ici, j’attends patiemment de finir mes poudres, et ensuite ce sera rhassoul tout court.
      • À l’impossible nul n’est tenu ! Allez-y par étapes, en remplaçant progressivement votre shampooing conventionnel.
        Rappelez-vous aussi qu’après des années de lavage aux tensioactifs chimiques, les cheveux peuvent mettre du temps à se dégorger de tous ces produits. Ça ne m’est pas arrivé (j’ai eu du bol) mais il est courant que les cheveux mettent quelques temps à s’habituer aux nouvelles méthodes de lavage 🙂
        Et puis, si vraiment ça ne vous tente pas, mieux vaut un shampooing bio à la composition clean !

 

    • Ce cheveu a été lavé au shikakai (1ère photo : lavage quelques heures avant ; 2e photo,  3 jours après un lavage).
      Notez que je suis une grande angoissée du cheveu sale, j’ai toujours peur d’avoir les cheveux un peu lourds et que ça se voie …IMG_8101.JPG
    • Capture d_écran 2017-06-19 à 00.16.58

9 commentaires Ajouter un commentaire

  1. mam'gal dit :

    merci pour tes expériences ! pour l’instant, j’ai tenté un shampoing bio (pas convaincu…ça assèche trop!) et un shampoing solide tout fait de biocoop, et là beaucoup plus enthousiaste ! je ne me lave les cheveux que tous les 5 jours souvent et ça le fait très bien ! (ils sont loin et ça me saoule… 😉 )

    J'aime

    1. Wildwildwaste dit :

      Hello ! Et de rien 🙂
      Tu as raison, il faut essayer plusieurs solutions 🙂 c’est comme pour les shampooings conventionnels (il y en avaient qui me faisaient des cheveux horribles ^^)
      C’est super, tous les 5 jours ! J’aimerais bien espacer encore, pour le moment je suis coincée à 3 jours max XD (en même temps, je monte à cheval entre une et deux fois par semaine, alors avec le casque sur la tête, la transpi, la poussière … j’ai vite les cheveux sales !)

      J'aime

  2. Fabignou dit :

    Merci pour ce super article ! J’utilise depuis quelques mois un shampooing solide qui m’a très bien convenu au début : je ne mettais même plus d’après-shampooing et j’avais les cheveux tout légers ; comme ils n’étaient plus alourdis par l’après-shampooing, ils restaient propres super longtemps ! Mais depuis 15 jours, j’ai les cheveux poisseux. J’essaie de les rincer davantage mais rien n’y fait. Du coup, je pense tenter le rhassoul, peut-être avec de la guimauve comme démêlant (tu m’as donné envie !) car ils sont un peu rêches aussi.
    J’ai acheté également un shampooing liquide bio, dans un flacon végétal (déculpabilisation utile pour moi qui ai entrepris de me passer totalement du plastique 🙂 ) Je fais de gros travaux de rénovation en ce moment et le mélange plâtre / poussière / terre ne doit pas aider… Peut-être qu’un shampooing liquide sera plus adapté pour nettoyer tout ça !

    J'aime

    1. Wildwildwaste dit :

      Apparemment ça peut arriver que les cheveux réagissent mal au bout d’un certain temps seulement. Je ne sais pas du tout pourquoi ça fait ça … Mon shampooing solide, au début il était super, et puis avec le temps j’ai moins de volume quand je l’utilise, tristesse.
      Avec les travaux, c’est sûr que ça aide pas à garder les cheveux propres ^^

      J'aime

  3. Perso, j’utilise du rhassoul et j’en suis très satisfaite. Avant je « devais » me laver les cheveux tous les 2 jours maximum car mes cheveux regraissaient hyper vite. Maintenant, je ne me lave les cheveux qu’une fois par semaine. Bien sûr, il a fallu un temps d’adaptation : mes cheveux étaient très gras au début, mais au bout d’un moment ils se sont habitués.
    Par contre, quand je fais un bain d’huile, je lave mes cheveux avec un shampoing classique car je trouve qu’ils sont toujours crasseux après un simple lavage au rhassoul. Peut-être qu’en utilisant du vinaigre (ou autre chose ?) comme rinçage ça pourrait le faire ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s