Se lever à 5h30 : 5 avantages et 12 astuces pour se réveiller avec les poules

J’aime dormir. J’adore ça. C’est environ le meilleur truc dans la vie (après le poney, évidemment).
Et pourtant, depuis deux mois, je me lève à 5h30.

pugOui moi aussi j’ai fait cette tête au début.

Je sais, le « miracle morning » et la « productivitay », c’est hyper à la mode dans la sphère lifestyle. 

J’ai essayé parce que ça m’intriguait.
Peut-on vraiment devenir Bill Gates juste en se levant tôt ? (C’est quand même grosso modo ce que certains sites rabâchent, que « les gens à succès », eux, se lèvent à 4h30 du matin pendant que toi, grosse feignasse, tu dors toujours, et que c’est sans doute à cause de ça que tu n’es pas encore riche et célèbre avec une marque de tournevis à ton nom).

Entre nous, j’étais sûre que ça n’allait pas fonctionner pour moi : je suis une fatiguée chronique, le matin je suis capable de snoozer mon réveil huit fois de suite (véridique), tout en ayant 5 ou 6 réveils différents sur mon portable. Toi-même tu sais.

Le challenge était donc assez conséquent. 

À l’heure où j’écris ces lignes, ça fait environ deux mois que je me lève entre 5h15 et 5h30 tous les matins.
Je commence donc à considérer que l’habitude s’ancre tranquillement, sans que cela perturbe mon fonctionnement quotidien. J’irais même jusqu’à dire que ça l’améliore !

Voilà donc un petit article qui résume mon expérience du réveil très matinal, les avantages que j’y trouve, et quelques astuces si vous voulez, vous aussi, tenter l’expérience !

NB n°1 : cet article n’est pas directement lié à l’écologie -sans blague. Il s’agit plutôt d’une expérience personnelle de changement de mode de vie ! Il faut aussi bien garder à l’esprit que nos rythmes de vie sont différents d’une personne à l’autre.

NB n°2 : forcément, pour ceux qui sont obligés de se lever très tôt (et a fortiori bien avant 5h30), ça sonne comme une grosse blague.
Mais je n’ai pas d’enfants, ni de travail qui exige ma présence aux aurores. C’est d
onc un choix que de me lever aussi tôt.


  • Faire le point sur mon mode de vie

En guise de préambule, je vais rapidement vous faire le point sur mon mode de vie.
Longtemps, je me suis couchée de bonne heure super tard (spéciale dédicace à mon poto Proust) .
J’ai toujours cru que j’étais du soir. Quand j’étais plus jeune, j’étais un vrai zombie le matin. 

zombieMoi à 7h30 du matin, vers mes 20 ans.

Par contre, le soir, je carburais. J’ai de vifs souvenirs de soirées de révisions pendant mes études, jusqu’à une heure avancée de la nuit (souvent 2 ou 3h du matin), tout en étant parfaitement éveillée et disponible cérébralement, et dormant assez peu derrière. Oui, c’était très malsain.

J’ai, depuis cette époque, gardé l’habitude de veiller assez tard. Avec pour conséquence, évidemment, de grosses difficultés à me lever le matin. Logique.

Or, depuis que je travaille, je n’ai jamais retrouvé cette activité cérébrale le soir. Quand je rentre du boulot, je suis juste vidée mentalement. Rien que le fait de devoir faire des corvées (linge, toussa) me blase d’avance. Je finis souvent par ne rien faire, sur le canapé, telle une loque de compétition, jusqu’à minuit, 1h, 2h… 

flemmeMoi au retour du travail, vue d’artiste.

Du coup, le lendemain matin, je me lève tard, le weekend je dors jusqu’à plus de 11h (entamant bien largement mon weekend), donc je me couche tard… Vous voyez le cercle vicieux.


  • 5 avantages que je trouve à me lever tôt

1 – Étirer mon temps

J’ai l’impression d’avoir étiré mes journées. Pourtant, elles font la même durée (au fond, on a tous 24h par jour). Comme je me lève beaucoup plus tôt, je me couche aussi plus tôt. Donc en vrai, j’ai le même nombre d’heures d’éveil ; mais elles me semblent bien plus longues. 

Auparavant, j’avais vraiment l’impression de ne rien faire, de n’avoir le temps de rien. J’avais une très, très vive impression de « métro-boulot-dodo », et de ne même pas profiter du fait d’être chez moi (puisque c’était souvent le bazar, du linge qui traîne, etc, parce que je n’avais pas la foi de ranger le soir).
J’ai donc le sentiment de m’être réaménagé du temps en-dehors du travail.

flemme2Ma réponse, le soir, à mon dialogue intérieur : « Faudrait ptêtre plier le linge qui est là depuis 3 jours, non ? »

———-

2 – Avoir le temps de faire des choses

Quelle que soit mon heure de réveil, une fois rentrée du travail le soir, je n’ai aucune envie de travailler ou de faire des corvées.
C’est comme ça que je suis restée bloquée des mois sur des projets, que je n’arrivais à faire avancer que par tout petits à-coups, quand je me forçais à travailler le soir.

crevéeMoi essayant d’écrire un article en rentrant du boulot.

En me levant plus tôt, j’arrive à me concentrer sur ces projets avant de partir au travail. Et si ce n’est pas du travail, alors je lis !

———-

3 – Avancer sur les tâches du soir

Je me suis mise à faire des corvées le matin.
Dit comme ça, ça ne semble pas du tout engageant -qui serait emballé par le fait de vider le lave-vaisselle dès 6h du matin ?

Mais en vrai, là où les corvées me semblent une vraie montagne le soir, et bien le matin, pas tant que ça. Je les fais plus facilement.

menageEnfin ça se limite au linge en général hein. J’vais pas passer l’aspi à 5h30, faut pas déconner.

C’est donc aussi moins de stress le soir !

———-

4 – Prendre mon temps et avoir moins de stress

En me levant plus tôt, je n’ai pas la pression du « vite vite il faut partir dans 30mn et je ressemble toujours à un raton-laveur mal réveillé ». 

ratonMes ablutions matinales, vue d’artiste.

Au contraire, j’ai l’impression d’avoir le temps de prendre mon temps. De me lever tranquillement, et de faire autre chose que courir dans l’appartement 20mn avant de partir.

———-

5 – Me lever plus facilement et me sentir moins fatiguée

Je sais que ça peut sembler dingue (et je n’y aurais pas cru il y a quelques mois).
Mais en me levant à 5h30, je me lève plus facilement.
Notamment parce que je me couche plus tôt (sans blague), mais aussi parce que je respecte davantage mes cycles de sommeil (je vous en reparle plus bas).
Quand je vais me coucher, je m’assure que j’ai au moins 7h de sommeil devant moi. 

dormirMoi quand je vais me coucher en étant sûre que je vais dormir suffisamment.

Mon corps s’habitue, car je me réveille assez facilement. Je ne pensais pas que ça m’arriverait un jour dans ma vie, moi qui étais habituée à me lever avec l’impression d’être encore plus fatiguée que la veille.


  • 12 astuces qui m’aident beaucoup

À piocher en fonction de vos besoins ! Gardez à l’esprit qu’il s’agit de mon expérience personnelle, tout ne fonctionne pas pour tout le monde 🙂

Tout commence la veille au soir…

  • 1 – Préparer les affaires du lendemain

J’entends ce conseil depuis que je suis gamine, et je ne l’avais jamais appliqué.
Résultat : passer 10mn devant mon placard pour choisir comment m’habiller, perdre encore 10mn à chercher tel ou tel truc que je dois impérativement emmener avec moi…

dormirJean noir un peu délavé ou jean noir beaucoup délavé ? Et PAF il est 8h30.

Pour améliorer mes matinées, je tente donc de les préparer au maximum la veille au soir. Je vais donc, le soir, au moins choisir les vêtements que je vais mettre le lendemain (si je peux les sortir, c’est encore mieux), préparer les choses que j’ai besoin d’emporter des choses avec moi (affaires de sport, courrier…)…

L’idée, c’est de limiter le temps perdu en décisions à prendre le matin, pour réduire les facteurs de stress.

———-

  • 2 – Mettre un réveil pour… aller dormir

Oui oui.
Je fais partie des gens qui se font facilement aspirer dans une activité -et en général, pas une activité très très saine pour le sommeil. Je parle d’enchaîner plusieurs épisodes sur Netflix ou d’errer telle une âme en peine sur Instagram. 

À tel point que parfois, j’oublie d’aller me coucher à une heure décente, et j’attends de m’endormir comme une loque sur le canapé avant de me dire « oh tiens, si j’allais au lit ?« .

Depuis quelques temps, je tente donc de mettre une alarme environ 1h avant l’heure à laquelle j’aimerais être endormie. C’est un rappel de moi-même à moi-même qu’il faudrait sans doute songer à ralentir : se préparer à aller au lit, arrêter les écrans, lire un peu. 

Et c’est diablement efficace, je vous jure !

———-

Le reste, ça se passe le matin.

  • 3 – Respecter les cycles de sommeil

Rien ne sert de vouloir se lever très tôt si on n’a pas assez dormi (De rien pour l’exclu, ça me fait plaisir). J’ai donc pris l’habitude de me coucher plus tôt, pour être sûre d’avoir un temps de sommeil suffisant.
J’insiste sur le fait que me coucher plus tôt n’empiète pas sur mon temps d’activité;

Je me suis aussi intéressée au fonctionnement du sommeil. Nous dormons par cycles (ça, je pense que vous le saviez), et ces cycles durent en moyenne 1h30. Ce qui signifie que si vous vous réveillez à la fin d’un cycle, le réveil sera bien plus aisé qu’en plein milieu d’un cycle (où vous aurez l’impression d’être passé sous un tractopelle).

J’ai d’ailleurs découvert un site, sleepyti.me, qui permet de calculer l’heure idéale de lever ou de coucher en fonction de vos objectifs, en suivant ce principe des cycles de sommeil. 

Résultat : je mets mon réveil à la fin d’un cycle, et le réveil est beaucoup moins traumatisant qu’auparavant !

———-

  • 4 – Éloigner le réveil

L’astuce vieille comme le monde…
Mon réveil, c’est mon téléphone. Avant, il était sur le bord de mon lit pendant la nuit. 

Maintenant, il est par terre près du mur. Quand il sonne, je suis obligée de sortir de mon lit (ou au moins de me trainer par terre pour l’atteindre…).
Ça évite les périodes de snooze sans fin…

snoozeSnooze numéro 17, illustration.

———-

  • 5 – Une sonnerie non traumatisante

J’étais adepte des sonneries de réveil bien criardes, histoire d’être sûre de me réveiller. Logique, dans le sens où j’attendais le dernier moment pour me lever -je me levais donc en étant DÉJÀ pressée. Horrible.
Spoiler alert : ça ne marche pas vu que je snoozais tout le temps.
Spoiler alert n°2 : ça ne rend pas le réveil plus agréable.
Spoiler alert n°3 : ça ne donne pas du tout, DU TOUT, envie de se lever. 

dormirVoilà, tout pareil.

J’ai donc changé mon réveil.
J’ai plutôt mis une musique assez calme, pour ne pas me réveiller brutalement.
Jusque là, je n’ai encore raté aucun de mes réveils, malgré la musique assez douce.
En plus de ça, sur mon téléphone j’ai une option qui permet d’annoncer l’heure -ce qui m’aide aussi. La voix annonce juste « il est 5h30 », et se tait ensuite. C’est pas comme les parents qui hurlaient depuis la cuisine « DEBOUT IL EST 7h30 !!! ».

———-

  • 6 – Ne pas snoozer 

Coucou, c’est une serial snoozeuse qui vous parle.
J’avais l’habitude de programmer 5 ou 6 réveils différents sur mon téléphone, tellement je snooze. Sans blague hein. Je suis capable de snoozer dans mon sommeil. Avec le plat de la main envoyé sans ménagement sur mon téléphone.

Pour contrer ça, déjà éloigner le téléphone a été utile.
Le plus utile reste évidemment d’avoir un temps de sommeil suffisant !

C’est un véritable effort, je dirais même un combat, que de ne pas snoozer, mais c’est vraiment une mauvaise habitude :

  • ça envoie le mauvais message au cerveau : ça lui indique qu’on peut quand même se rendormir. À la longue, je suppose que le cerveau prend l’habitude d’ignorer plus ou moins la sonnerie du réveil.
  • on ne gagne pas 9 minutes de sommeil ; d’une certaine manière, on en perd 81, car on repart dans un cycle de sommeil… qui va être interrompu. Donc on va se sentir encore plus fatigué.
  • j’ai toujours eu un léger sentiment de culpabilité en snoozant. En mode « j’avais prévu de me lever à telle heure, et même ça je n’y arrive pas ». Pas terrible comme manière de commencer la journée…

———-

  • 7 – Un verre d’eau dès le réveil : la force de l’automatisme

À côté de mon téléphone, il y a un grand verre d’eau que j’ai préparé la veille au soir.

Deux raisons à cela : la première, c’est que dès que mon réveil sonne, hop je bois mon verre d’eau. Et ça réveille vraiment l’organisme, en plus de le réhydrater après plusieurs heures sans boire.

L’autre raison, plus intérieure, c’est d’associer un geste à celui du réveil. C’est maintenant un automatisme : le réveil sonne, je bois mon verre d’eau. Toutes les étapes entre ces deux actions sont donc automatiques.
Et qui dit habitude, dit moins de stress face aux décisions à prendre. En associant les deux actions, je me lève plus facilement.

———-

  • 8 – Avoir une perspective sympathique

D’habitude, quand je me levais c’était pour faire une seule et unique chose : me dépêcher. Me dépêcher de me lever, de me maquiller, de m’habiller, de préparer mes affaires, et de partir.

en retardMes matinées jusque là. Hyper motivant.

Je pense qu’on est d’accord pour dire que c’est pas très motivant.
Je ne me levais tôt facilement que pour aller au poney : signe que quand la perspective est sympa, bizarrement j’avais beaucoup moins de réticences à sortir du lit.

Depuis que je me lève plus tôt, je commence à apprécier le matin (je me sens limite honteuse en écrivant ça, tellement je détestais le matin il n’y a pas si longtemps).

Quand le réveil sonne, certes il est tôt ; mais d’une part, j’ai normalement suffisamment dormi (puisque je me suis couchée plus tôt et que j’ai respecté mes cycles de sommeil) ; et d’autre part, je sais que j’ai du temps devant moi pour faire des trucs sympas.

———-

9 – Avoir un impératif

J’avoue, au début j’ai triché un peu. Je programmais ma machine à laver la veille au soir, pour qu’elle se termine le matin, à peu près 15mn après mon réveil. 

J’étais ainsi un peu obligée de me lever, sans quoi le linge mouillé allait rester dans la machine, et sentir mauvais, etc etc. Au début, cet impératif a été très utile pour éviter que je me recouche. J’en ai beaucoup moins besoin maintenant !

Ça peut être tout autre chose aussi : à vous de trouver l’impératif qui va vous aider !

———-

  • 10 – Avoir… une bonne raison

J’aurais même dû commencer par là.
Il ne sert à rien de se lever super tôt, si on ne sait pas pourquoi.
Vous pourrez mettre tous les réveils du monde, si vous ne savez pas pourquoi vous voulez vous lever plus tôt, il y a des chances pour que ça ne tienne pas longtemps. 

Donc, la première étape est selon moi de bien définir pourquoi on veut commencer sa journée plus tôt. Même pas besoin d’avoir des objectifs de ouf (comme on veut nous faire croire que c’est en se levant aux aurores qu’on va tous devenir Mark Zuckerberg). 

Pour certains, c’est juste d’avoir du temps tranquille, au calme, avant le réveil des enfants par exemple.
Pour d’autres, c’est d’avoir du temps pour eux en-dehors du travail.

———-

  • 11 – Respectez votre rythme !

Souvenez-vous aussi (j’insiste là-dessus) qu’il ne sert à rien de modifier votre rythme si vous ne savez pas pourquoi, ou si votre rythme actuel vous convient très bien ! Pourquoi changer ce qui n’a pas besoin d’être changé ? (c’est pas très écolo en plus.)

Donc, no panic si ce n’est clairement pas votre rythme.
Le fait est que moi, ça a l’air de me convenir ; mais ce n’est pas forcément le cas de tout le monde, et il n’y a rien de grave à ça.
Se lever tôt ne donne pas automatiquement une supériorité par rapport à ceux qui se lèvent plus tard et sont plus actifs dans la journée ou le soir.

Dans mon cas, mon rythme ne me convenait pas du tout et je n’avais plus aucun pic d’activité, d’où la tentative de changement 🙂

———-

  • 12 – Se donner le temps

Se lever 2h plus tôt, ça peut sembler difficile, voire hyper violent ; mais même si vous ratez votre réveil plusieurs fois, c’est pas grave, on peut toujours réessayer le lendemain !
Une habitude met du temps à s’ancrer : donnons-nous le temps de l’acquérir. 

Sinon, vous pouvez même faire ça tranquillement : mettre votre réveil 15mn plus tôt chaque jour ou chaque semaine, pour vous habituer très progressivement.
C’est sans doute moins violent que de changer son heure de réveil du jour au lendemain…


  • Un petit aperçu

Ce n’est certes qu’un exemple parmi tant d’autres ; mais voici grosso modo comment se déroule ma matinée avant de partir au travail. Évidemment, ça dépend des jours, certains jours je n’ai vraiment pas envie de bosser, donc je lis à la place. C’est variable !
De plus, les « horaires » indiqués ne sont pas fixes, c’est vraiment à la louche ! La vie est trop courte pour se coller un emploi du temps dès l’aube…

5h15-5h30 : en fonction de mon heure de coucher, le réveil sonne tranquillement.
Je sors de mon lit, je l’éteins, je bois mon verre d’eau.
Rapide passage dans la salle de bain, puis je fais mon lit, et j’ouvre les volets et la fenêtre pour aérer ma chambre. 

5h45 : en fonction des corvées du jour, je m’occupe de ce qui doit être fait.

6h : je prépare du thé, et parfois un petit déjeuner. 

Jusqu’à 6h30 environ : je lis un peu (parfois je travaille dès le petit dej, comme ce matin par exemple !), je prends mon thé/mon petit dej. Ensuite je range le tout.

Jusqu’à 7h30 environ : je travaille ! 1h ce n’est pas énormissime, mais c’est déjà ça de pris, et je suis plus productive que le soir.

Jusqu’à 7h45 environ : je me prépare. Avantage d’avoir préparé mes vêtements la veille : aucun temps de perdu devant le placard.
Je me maquille aussi très simplement (correcteur-poudre-eye liner et c’est tout), ça va très très vite. En général en 5mn c’est fait. 

7h45-8H : je finis de me préparer, j’attrape mon sac à main et les affaires dont j’ai besoin dans la journée (et que j’ai préparées la veille), et je pars vers 7h45, parfois 8h. 

Et voilà ! 

J’avais eu l’idée de faire une courte vidéo pour vous montrer concrètement ce qui se passe le matin ; si ça vous dit, n’hésitez pas à commenter pour me le signaler.


Voilà donc mon expérience du fameux « Miracle Morning » -bien que je n’aie jamais lu le livre… Je ne fais pas non plus un certain nombre de choses que moult bloggueurs et youtubeurs lifestyle semblent considérer comme indispensables dans une routine matinale (méditer, écrire un journal, faire du sport…), parce que ça ne me convient pas.
Au final, on fait bien ce qu’on veut ! 

Est-ce que vous avez déjà tenté le réveil à l’aube ? Avez-vous tenu ? Pourquoi ? 

Et au contraire, si ça ne vous dit vraiment rien du tout, pourquoi ? Je suis toute ouïe dans les commentaires !


Photo by Lauren Kay on Unsplash