J’ai testé pour vous : la culotte menstruelle FEMPO

« OMONDIEU elle va encore parler de ses MENSTRUES ».

Hé, ça va, on se connaît maintenant. On peut parler de trucs un peu intimes non ? (Soyez chics)
De toutes façons, je vous avais déjà décrit en long, en large et en travers les différentes alternatives aux protections périodiques que j’utilise (dans cet article).
Alors on n’est plus à ça près.
Je crois.

La marque FEMPO m’a contactée il y a quelques mois pour me proposer de tester leur produit, à savoir une culotte menstruelle.

Ma première réaction : Une culotte menstruelle ? Qu’est-ce à dire que ceci ?

burgondeKammelott, pourvoyeur de références depuis 2005.

Puis, après avoir cessé de faire le roi Burgonde, j’ai accepté, au nom de la science pour voir si cela me convenait. Voici donc le résumé de mes impressions !
En prime, vous trouverez une petite surprise en fin d’article 🙂
Notez bien que j’avais convenu dès le départ avec FEMPO que je donnerai mon opinion honnête, positive ou négative !

(Spoiler : la photo, c’est pas moi hein, je l’ai piquée dans le kit média de FEMPO) (déso).


  • Pourquoi passer au réutilisable ?

En guise d’intro, laissez-moi vous rappeler pourquoi les protections jetables ne sont pas cool pour notre santé et notre environnement (le détail est dans le fameux article « Les règles d’or« ) :

  • Les protections jetables, même « bio », contiennent des substances nocives (chlore, pesticides, dioxine…). Pas top moumoute. + d’infos ici ou encore ici
  • Environ 30kg de déchets par femme, uniquement pour cette consommation là, avec la lenteur de dégradation qui va avec (entre 300 et 400 ans, ça fait long pour un tampon ou une serviette qui ont servi quelques heures)
  • Plusieurs milliers d’euros dépensés dans notre vie uniquement pour ça. Y’a mieux à faire de son argent, comme acheter un poney.

Ensuite, rappelons que notre perception de l’hygiène est tout à fait culturelle.
Comme je le dis souvent, il y a quelques années il ne me serait pas venu à l’esprit d’utiliser une cup ou des serviettes lavables pendant mes règles -j’aurais trouvé ça dégueu.

yuck

Mais un jour j’ai testé, et je n’en suis encore jamais revenue.
Une fois, après être passée à la cup, j’ai dû utiliser un tampon, et j’ai souffert le martyre. Je pèse mes mots.

Bref, comme je le disais dans l’autre article (oui je m’autocite) (#mégalo) :

« On est dans une société qui n’a aucun problème à sexualiser les femmes pour tout et n’importe quoi, mais pour parler menstruations, c’est vade retro satanas.
Donc voir une femme à poil pour vendre une montre ou un sandwich crudités-mayo, aucun souci, par contre ne parlez surtout pas du fonctionnement de son corps, c’est sale.« 

Oui, pour adopter le lavable en termes de règles, il va falloir se réhabituer à voir son sang. OMONDIEU.

Promis, ça va bien se passer.

zoidbergNon.

Surtout qu’avec la culotte menstruelle de chez FEMPO, qui est noire, le sang, on le voit quasi pas.

Et, pour celles qui utilisent déjà des protections réutilisables, je sais pas pour vous, mais depuis que j’ai viré le jetable, les règles sont beaucoup moins galère pour moi…


  • C’est quoi encore ce truc ?

Bon, j’aurais dû commencer par là. Mais vous avez l’habitude de mes digressions, maintenant.

Une culotte menstruelle, c’est quoi ?
Ben, c’est une culotte. Qu’on porte pendant ses règles. Voilà.

youdontsay

Plus précisément, c’est une culotte doublée de tissus absorbants (à l’intérieur) et imperméables (à l’extérieur), qui permet de ne porter que ça pendant ses règles.

Oui oui. Sans autre protection.

static1.squarespace.com.png

(Visuel FEMPO)

On peut l’utiliser en complément d’un tampon ou d’une cup, ou seule. C’est vous qui voyez. Liberté pour tous les peuples.


  • Pourquoi j’ai aimé la culotte FEMPO

J’en avais entendu parler, mais utilisant déjà une cup et des SHL (serviettes hygiéniques lavables), je ne voyais pas l’intérêt de tester une culotte menstruelle.
En plus de ça, comme toute nouveauté, ça m’effrayait un peu : est-ce que c’est bien imperméable ? Et pour les jours de flux important ? Et puis c’est un peu cher…

hesitationMoi hésitant à acheter une culotte menstruelle. Ma vie est un mélodrame permanent.

Donc la proposition de FEMPO est tombée à pic.

J’ai mis un peu de temps à l’essayer, un peu par inquiétude.
Et puis un jour, pendant ma « mauvaise semaine », j’ai voulu aller courir. Et j’avoue que j’ai été très agréablement surprise.

mindblownOuais, comme ça. Et ouais, j’adore Anna Kendrick.

Avec les protections « externes », jetables ou lavables, il y a toujours un risque qu’elles bougent, glissent, etc, avec pour résultat toi qui essaies de te tortiller plus ou moins discrètement pendant ton footing pour remettre le bazar d’aplomb.

courseToi-même tu sais.

Vous allez me dire : « t’as qu’à mettre seulement ta cup« .

Certes, mais en bonne flippée de la vie, je mets toujours au moins un protège-slip avec ma cup, en cas de fuite -on sait jamais, on n’est jamais trop prudents, un accident est si vite arrivé, #souvenirdecopinesdecollege #traumatisme.

Du coup, avec la culotte menstruelle, je n’ai plus ce problème, puisque c’est juste ma culotte que je porte.
Plus de SHL qui glisse vers l’arrière, ni de risque de fuites intempestives. Bonheur.

Je rappelle que mes deux sports principaux sont l’équitation et la course à pieds (enfin, pour cette dernière, j’essaie plus que je ne le fais, mais j’ai décidé que ça comptais quand même, laissez-moi).

essouffleMoi environ 4 minutes après avoir commencé à courir.

J’ai essayé ma FEMPO pour les deux activités, et pour les deux j’ai été satisfaite.
Sans aller jusqu’à dire que la culotte menstruelle est la révélation de ma vie (pas comme la véritable orthographe de « au temps pour moi »- oui oui ça a été une révolution pour moi), je ne me doutais pas que ça serait si confortable 🙂

Quelques précisions tout de même :

  • je l’ai mise seule soit en début ou fin de cycle (flux pas très abondant)
  • pour moi, elle tient sans problème la journée de travail (de 7h à 18-19h environ), les jours de flux léger et moyen.
  • sinon je l’ai portée en complément de ma cup
  • je n’ai aucune idée de comment elle vieillit, puisque je ne l’ai pas depuis très longtemps. Le site dit entre 5 et 7 ans, à voir !
  • un modèle « flux abondant » devrait voir le jour prochainement

  • Les aspects pratiques de la FEMPO

J’ai choisi la version shorty, un peu au pif.
La zone de protection est assez grande à mon goût, pour ça je n’ai aucune crainte de fuite.
Cela dit, à voir pour la nuit si c’est suffisant, surtout si comme moi vous avez un fessier imposant rebondi.

inondationMa hantise quand je teste une nouvelle protection.

Elle est très agréable à porter, puisque doublée coton (Oeko-Tex) sur l’intérieur : c’est très doux, et l’humidité est absorbée immédiatement, donc pas d’impression de mouillé.
En plus de ça, la FEMPO est très fine (moins de 2mm d’épaisseur), donc vraiment sympa à porter, sans effet d’épaisseur désagréable.

Pour le lavage, je fais exactement comme pour mes serviettes lavables : je rince à l’eau froide, et je lave ensuite en machine avec le reste de mon linge (à froid, comme presque toutes mes lessives).
Pour le coup, elle est pratique d’entretien, quoi. Pas de différence avec mes SHL. Pratique pour une feignasse comme moi.

Pour toutes les questions sur la composition, la fabrication, etc… Je vous renvoie au site de FEMPO !
Sachez seulement qu’il n’y a que du tissu (coton, bambou, polyester), pas de substances nocives a priori.


  • Les inconvénients (sinon c’est pas drôle)

1- Le prix.
Tadam : 32€ la culotte.

inondationOui, mais…

Cela dit, c’est commun à toutes les marques de culottes menstruelles que je connais.
Au moins, là, en cas de souci, le retour se fait en France, et pas en Australie (pour Modibodi) ou aux USA (pour Thinx).
Notons que Plim a commencé à faire des culottes menstruelles aussi, mais plus chères, pour le coup.

Comparé à une SHL, ça reste plus cher. Du coup, je ne pense pas remplacer toutes mes SHL par des culottes menstruelles -déjà, ce serait du gaspillage, et puis ça reviendrait trop cher, car il en faudrait peut-être 7 (ou plus ?) pour alterner correctement lors d’une semaine de règles.

Par contre, je pense racheter une ou deux culottes menstruelles, pour le sport déjà, et aussi pour alterner avec les SHL au quotidien.

Et n’oublions pas que, ramené à ce que coûtent les protections jetables, l’investissement est vite amorti.

richMoi quand j’ai arrêté d’acheter des protections jetables.

2- La taille.

Ça taille petit ! En général je fais du 38 ou 40 en bas de sous-vêtements.
J’ai pris un 42 pour ma FEMPO, sur conseil de la marque, et effectivement elle me va sans être trop grande. Donc prenez une taille au-dessus de vos pantalons, sinon vous risquez d’avoir des surprises.

3- Peu de modèles différents.

La marque est toute jeune, il n’y a donc que deux modèles disponibles (slip ou shorty), en une seule couleur.
Donc forcément, si vous vouliez un tanga bleu forêt à pois jaunes… ce ne sera pas pour tout de suite.
Le modèle est simple, sans fioritures : on aime ou on n’aime pas !


  • Qui se cache derrière FEMPO ?

FEMPO est une toute jeune entreprise, fondée par 2 femmes, Fanny et Claudette -c’est aussi pour ça que j’ai eu envie d’écrire sur elle.
La marque est française -même si les FEMPO sont fabriquées en France et en Tunisie, et que la marque se fournit en matières premières en Italie.
À quand une marque 100% française ? J’espère quand elle sera suffisamment développée pour assumer les coûts d’une production entièrement française.

Pour plus d’infos sur la marque, je vous renvoie encore une fois au site où une FAQ parle de tout ça !


  • Et maintenant, le cadeau !

FEMPO a eu la gentillesse de me proposer un code promo pour commander sur leur site.

Donc si vous avez envie de tester la culotte menstruelle, vous pouvez utiliser le code WILDWILDWASTE (oui c’est moi) pour avoir 10% de réduction sur votre commande !

Ça correspond grosso modo à des frais de port gratuits 🙂


Voilà pour ce test, j’espère que ça vous aidera à choisir votre protection, voire à sauter le pas de la culotte de règles !
Si vous avez déjà essayé, ou que vous aimeriez mais que quelque chose vous retient, n’hésitez pas à en parler dans les commentaires 😉