Les banques éthiques : mon expérience avec le Crédit Coopératif et la NEF

Pouah, un mois que je n’ai rien publié ! Mais que fait la police ? À part manger des donuts => ceci est un cliché bien lourd hérité directement d’une trop grande consommation des Simpsons.

simpsons policeVoilà voilà.

La dernière fois -enfin, dans le dernier article de fond-, on avait parlé d’énergie verte et des fournisseurs d’électricité « écolo ».

Il est temps de parler maintenant d’un autre aspect tout aussi important : les banques dites « éthiques ».
Je vais essayer de démêler au maximum le vrai du faux -à la mesure de mes moyens évidemment, je ne détiens pas la vérité vraie- et de vous faire part de mon expérience personnelle puisque je suis, depuis quelques mois, au Crédit Coopératif et mon copain a un livret à la NEF depuis un an.

Je souligne aussi qu’il s’agit là d’une démarche un peu plus poussée, comparée à d’autres, mais qui vaut le coup de s’y intéresser !

Prêts ? C’est parti !

Temps de lecture : 7 minutes


  • Pourquoi il est important de bien choisir sa banque ?

Tout simplement parce que la banque finance des activités, soit par des prêts, soit par des investissements. Ces financements sont rendus possibles par les activités bancaires de détail : frais de gestion de compte, agios, assurances, frais bancaires divers, etc.

Du coup, nous sommes très nombreux à ainsi donner à nos banques les moyens de financer des trucs pas forcément très choupis, puisque les grandes banques investissent en général dans des activités éthiquement, humainement ou écologiquement border line (et plus si affinités).

argent_banqueMon banquier quand il finance une centrale à charbon.

Si l’on veut être vigilant et savoir à quoi sont utilisés nos sous, il peut être intéressant de se pencher sur la question de l’éthique des banques.
Par exemple, moi je ne voulais plus que mon argent serve à financer des projets pétroliers ou de destruction de terres sacrées (Dakota pipeline si tu m’entends). Donc j’ai creusé la question pour changer de banque.

C’est toujours le même principe du soutien, via nos achats, d’un système plutôt que d’un autre, et dont je parlais au début de ce blog (ici : Zéro déchet, maxi pouvoir : le porte-monnaie tout puissant).
Je décide de ce que je finance avec mon argent : un système de commerce plus juste, plus équitable, via mes courses ou mes achats ; de la même manière, il est possible de soutenir une autre finance, plus responsable, en choisissant sa banque selon certains critères.


  • Comment savoir si ma banque est éthique ?

Déjà, gare au greenwashing ! Beaucoup de grandes banques vont avoir une communication sur des aspects environnementaux ou éthiques, alors même que ces aspects représentent une part très négligeable de leur activité et qu’à côté, elles investissent en masse dans des activités polluantes ou non-éthiques.
Par exemple, BNP Paribas était sponsor de la COP21 alors qu’elle soutient massivement les énergies fossiles (5e au niveau mondial !!).
Pensons aussi aux Panama Papers qui ont épinglé un grand nombre de banques pour leurs activités opaques en offshore … Niveau éthique et transparence, on a quand même vu mieux.

mefiant

En-dehors de ça, comment savoir si ma banque finance des projets destructeurs pour l’environnement ? Du commerce d’armement ? Ne respectant pas les droits humains ?

Il existe heureusement plusieurs ressources permettant de se renseigner de manière plus indépendante sur l’éthique des banques.
Je fais le laïus habituel : ne vous fiez pas à une seule source, c’est toujours mieux de croiser les informations !

Ces quelques ressources (mais il en existe d’autres) permettent d’avoir un aperçu assez éloquent des performances éthiques et environnementales des grandes banques.

Par exemple, quelques captures d’écran du site FairFinance France (tous droits réservés à FairFinance) :

banque éthique bnp paribas

banque éthique crédit agricole

banque éthique crédit coopératif.png

Globalement, la plupart des grandes banques françaises sont assez mal notées sur les critères d’éthique, de changement climatique, de droits humains.

Et les banques en ligne alors ? Faisons un petit aparté (j’aime bien les apartés).


  • Les banques en ligne sont-elles éthiques ?

La réponse est assez simple : non.

Une banque en ligne est peut-être moins chère, mais elle dépend toujours de grands groupes bancaires classiques.
Boursorama, c’est la Société Générale. Hello Bank, c’est BNP Paribas, etc etc.

Donc une banque en ligne n’offre pas un niveau d’éthique supérieur : notre argent est quand même utilisé pour le financement des activités du groupe bancaire dont dépend la banque en ligne.


  • Mon avis sur le Crédit Coopératif

Tout d’abord, un petit point réglementaire : la mobilité bancaire est un droit en France. Vous avez le droit de changer de banque quand vous le souhaitez -sauf en cas de prêt en cours, où ça peut compliquer les opérations, mais en soi c’est pas interdit.

Je n’avais plus de prêt en cours, donc j’ai changé de banque très facilement. Comme souvent, la nouvelle banque propose une aide à la mobilité (la banque s’occupe de rapatrier les prélèvements sur le nouveau compte).

Qu’on se le dise : le Crédit Coopératif est une banque comme les autres. Tout pareil. Sauf qu’elle a une politique de financement un peu plus propre.
Elle propose les mêmes moyens de paiement, des produits d’épargne, de placement, des prêts immobiliers, étudiants … Tout pareil j’vous dis.

Je n’ai pas de frais de tenue de compte ; les cartes de paiement sont au même prix que les autres banques ; la plupart des services sont gratuits.
Notre compte joint est aussi au Crédit Coop et il ne coûte rien du tout (on n’a pas de moyens de paiement associés, par choix, donc le compte ne nous coûte pas un centime).

Au final, qu’est-ce qui a changé par rapport à mon ancienne banque ?
Rien du tout.

changement-banque

Je n’ai même pas eu besoin d’aller en agence puisque le Crédit Coop a une agence en ligne, comme les banques en ligne, avec des conseillers disponibles par téléphone ou messagerie (et leur réactivité est satisfaisante, je n’ai à ce jour pas eu de problèmes).

Ce qui m’a fait opter pour le Crédit Coop, c’est la gamme « Agir » :

    • La carte Agir : ma carte bancaire me permet de fixer (moi-même) un montant de micro-don à chaque utilisation de ma carte, donc quelques centimes versés à l’association de mon choix. C’est indolore pour moi, et c’est toujours ça de pris pour l’asso.
    • Le livret Agir : j’ai rapatrié mes économies sur un livret Agir. Il est peu rémunéré (1% jusqu’à 15300€), mais je peux choisir de partager les intérêts avec des associations (soit en totalité, soit en partie).
    • L’assurance-vie Agir : je ne l’ai pas encore ouverte, mais c’est en cours, je me renseigne encore sur la composition des portefeuilles (mais j’y comprends pas grand chose). J’ai perdu ma grand-mère l’été dernier, et ai reçu une part de la succession. J’ai décidé de la placer sur une assurance-vie, en version un peu plus éthique : un minimum de 20% est investi dans l’économie sociale et solidaire. On peut augmenter cette part si on veut.

On est donc sur des produits à l’usage identique que ceux d’autres banques, mais qui appuient des financements plus positifs.

Bien évidemment, rien n’est parfait.
Déjà, l’interface est moyennement intuitive -ça passe, mais y’a de la marge de progression quoi.

Et puis, j’ai découvert (car je fais partie des gens qui ne lisent pas les détails ^^) que j’ai droit à 4 retraits hors réseau BPCE par mois ; au-delà, chaque retrait est facturé 1€.
Bon, en l’espèce ça ne me gêne pas vraiment puisque je retire assez peu de liquide (et puis 4/mois ça fait un retrait par semaine, c’est pas mal), et que j’ai une Caisse d’Epargne en bas de chez moi.
Mais sur le principe, c’est quand même pénible.

Ensuite, le Crédit Coopératif est adossé au groupe BPCE (Banque Populaire). Cette appartenance permet notamment au Crédit Coop de voir sa solvabilité assurée, mais il garde son autonomie de gestion.
Ces liens avec la BPCE sont souvent sujets à controverse : la banque est-elle vraiment éthique si elle s’appuie sur un groupe tel que Banque Populaire ?
À cela, je répondrais bien : c’est mieux que rien. Je SAIS que BPCE c’est pas terrible. Mais si cela permet au Crédit Coop de proposer des produits aux particuliers et d’investir dans une économie plus propre (vu qu’il a sa propre politique d’investissement), et bien soit.
Par ailleurs, le fait de proposer des placements financiers implique que la banque investit au moins un peu en Bourse -avec ce que ça comporte comme risques et éventails d’investissements pas très foufous (mais les petites entreprises d’ESS, elles sont pas en Bourse …).
Donc oui, il y a des côtés négatifs. J’essaie de me dire qu’au moins, mes sous sont un peu mieux utilisés, même si je sais bien qu’on n’a pas atteint le summum de l’éthique.

De plus, le Crédit Coopératif reste une banque commerciale. Ce n’est pas un organisme à but uniquement solidaire, mais une banque comme les autres. Donc il y a évidemment des opérations avec lesquelles je ne suis pas d’accord ; mais elles sont moins nombreuses que dans d’autres banques.

En somme, ce n’est pas parfait, mais c’est pour le moment ce que j’ai trouvé de plus satisfaisant.

EDIT du 4 avril : je me suis penchée un peu sur la composition des portefeuilles (pour l’assurance-vie notamment).
Le fonds « Choix solidaire » -que je comptais prendre- comprend effectivement des titres dans de grosses entités pas éthiques (Axa, Danone -oui oui-, L’Oréal, Merck, Schneider …), MAIS aussi un nombre pas négligeable de titres solidaires dans des entités, pour le coup, plus propres : Scop Ethiquable, Forum Réfugiés, Chenelet Insertion …
La note ISR (Investissement socialement responsable) de ce fonds est de 6,5/10, donc pas excellent mais tout de même acceptable.

Ma conclusion est donc toujours la même : c’est un compromis entre le système de finance classique (qui va financer uniquement les grandes entreprises cracra) et un système plus équitable. Là, « au moins », j’ai l’impression que le fonds sont un peu diversifiés en donnant une place aux investissements solidaires. J’ai envie de dire : c’est mieux que rien, en l’absence d’alternative 100% éthique ET satisfaisante en termes financiers.

Ces éléments sont disponibles via le site du Crédit Coop, sur le site d’Ecofi (documents à télécharger ici).


  • Un avis sur la NEF

La NEF est un organisme bancaire bien connu de ceux qui s’y intéressent.
Il s’agit d’un organisme très bien noté sur FairFinance, qui prend la forme d’une coopérative financière.

Ses deux activités principales sont l’épargne et l’emprunt (les deux étant accessibles aux particuliers et aux professionnels).
Le gros avantage, c’est que tous les ans la NEF publie la liste complète des projets qu’elle finance : la transparence est ainsi bien plus importante que dans d’autres établissements.

Seul bémol : la NEF ne propose pas encore, à l’heure actuelle, d’offres de compte courant. On ne peut qu’y épargner ou emprunter.

La NEF est également parfois sujette à controverse en raison de ses liens supposés avec l’anthroposophie et avec Pierre Rabhi (grande figure du mouvement des Colibris mais qui est lui-même sujet à polémiques).
Je n’ai pas trouvé de sources fiables sur ce sujet
-j’ai lu des articles assez virulents, mais qui ne citent aucune source solide, je préfère ne pas relayer du coup.
Sachez simplement que la NEF est parfois accusée de ces liens, que je ne parviens pas à éclaircir à ce jour. Si à un moment donné on m’apporte des éléments étayés et tangibles, je reverrai mon jugement (m’en voulez pas, j’ai l’esprit cartésien, si je n’ai pas les moyens d’être sûre je suspends mon jugement comme disait l’autre).

BREF, en-dehors de ces éléments (auxquels chacun accordera l’importance qu’il souhaite), la NEF peint un tableau assez positif de son mode de fonctionnement.
Je n’y ai pas de livret, donc j’ai demandé à quelqu’un de nous donner son avis sur le sujet. Il s’agit de nul autre que mon copain, sous un tonnerre d’applaudissements, Derf !

« J’ai vu sur Internet que la NEF était la banque la plus éthique. J’étais encore au Crédit Mutuel à l’époque.
L’argent qui est parti à la NEF était celui d’un PEL ouvert sur incitation de la conseillère Crédit Mutuel il y a presque 10 ans, et qui dormait depuis  (je suppose qu’à l’époque on leur avait dit qu’il fallait vendre des PEL …).
Je me suis renseigné sur où partait l’argent placé sur mon PEL, et ça ne correspondait pas du tout à ma vision de la société ni à ce que j’avais envie de financer. 
En vrai, on ne sait pas vraiment où va cet argent, la banque fait plus ou moins ce qu’elle veut. Au moins, à la NEF, on sait tous les ans ce qui est financé : c’est quand même un peu plus transparent.

Ce que j’ai bien aimé quand je suis allée sur le site de la NEF, c’est leur espèce de crowdfunding : ils présentent des projets (souvent associatifs, sociaux, environnementaux …) qui sont en demande de financement, et toi tu peux participer à ce financement.
En gros, elle propose du financement participatif mais c’est la NEF qui supporte le risque.

Je ne touche quasiment pas d’intérêts sur mes placements, mais je sais que derrière ça permet à la banque d’offrir aux porteurs de projets des taux d’emprunt beaucoup plus intéressants et accessibles. 
Je peux aussi choisir le domaine d’activité qui sera financé par mon épargne : plutôt environnementaux, plutôt sociaux, etc.

Au final c’est vraiment une question de choix.
Concrètement, je me prive de revenus potentiels puisque les taux d’intérêts sont bas. En gros mon pouvoir d’achat n’est pas le même que si je plaçais mon épargne dans une banque classique avec un taux d’intérêt plus élevé. 

Malgré ça, j’ai quand même choisi de mettre mon épargne à la NEF. Question de convictions. En somme, je préfère renoncer à une partie de mon pouvoir d’achat et savoir que mon argent a une utilité sociale, plutôt que de le faire fructifier par le fonctionnement d’un système de finance injuste.
En fait, ça me dérange de participer à un système contre lequel je lutte au quotidien, tout en continuant de le financer avec mon épargne qui est le fruit de mon travail. Je préfère gagner zéro sur mon épargne plutôt que mes intérêts soient le fruit de l’exploitation généralisée des hommes et de la nature -quitte à passer pour un vieux gauchiste 😀 »


J’espère que ce retour vous permettra d’y voir un peu plus clair dans ces histoires de banque éthique … En résumé, rien n’est parfait, mais ça ne doit pas nous empêcher de chercher du mieux !

Et vous, vous avez sauté le pas ? Si non, qu’est-ce qui vous bloque ?